Les directeurs provinciaux de la SNEL en séminaire à Faden House

Les directeurs provinciaux de la SNEL sont depuis mardi 15 février 2011 à  Faden House  en session  d’évaluation des activités de leur entreprise, exercice 2010 et d’orientation stratégique 2011.  Cette session   prend  fin aujourd’hui.
Du 15 au 17 février 2011, les participants  vont passer en revue les différentes actions réalisées en 2010, les difficultés rencontrées.  Ils vont  élaborer les grands axes du programme de 2011  et voir   comment traduire  en actes la mutation de la SNEL en société commerciale.

 Pour ce jeudi , il y aura d’abord des  exposés  sur l’état des secteurs commercial, financier et ressources humaines, la problématique de la planification  des effectifs au regard de l’évolution du personnel, la gestion financière ; indicateurs caractéristiques  et mesures d’encadrement….

 L’après-midi sera consacré aux doléances des directeurs provinciaux, à la signature des contrats de performance, la présentation du rapport préliminaire, aux orientations stratégiques et enfin au discours de clôture qui sera lu par l’ADG Yengo..
  Problématique et recouvrement des créances Moyenne et Basse  Tension, passation des marchés, mécanismes de  financement  de l’électrification rurale, état d’avancement des projets financés par les bailleurs des fonds,, , SNEL sarl, sort et perspectives…. sont les autres  modules débattus hier et avant- hier.

       Sonnette d’alarme

 La partie protocolaire dudit séminaire  a été dominée par les allocutions  de l’ADG Yengo et  d’Achille Bondo, de la division juridique du Copirep.
Le numéro un de la SNEL a déclaré que la présente session revêt un caractère particulier pour l’entreprise. L’approbation des statuts, intervenue au terme de l’Assemblée Générale Extraordinaire  en date du 21 décembre 2010, consacre la mutation de la SNEL en société commerciale  par actions à responsabilité limitée, à savoir, SNEL sarl.

 Le Conseil d’administration a, au cours de sa réunion de novembre 2010, adopté la note d’orientations stratégiques pour l’exercice 2011.
Epinglant  quelques actions d’éclat réalisées en 2010, il a énuméré
- la remise en service du groupe d’Inga 3  et d’Inga 2  avec un apport de 150 MW au réseau
- la réception à Matadi  de deux transformateurs de 75 et 100  MVA
- le renforcement de la puissance du poste Bralima à Bukavu pour la mise en service d’un nouveau transformateur beaucoup plus puissant
- la fiabilisation du poste de Badiadingi par le remplacement d’un pole de transformateur 132 / 30 KV – 16 ; 666 MVA de la phase  R  par un pole de réserve
- l’adoption d’une gestion des finances reposant sur le principe de l’équilibre budgétaire et la promotion de la gestion sur base d’un tableau de bord  de gestion et bien d’autres réalisations.
« L’évaluation de la réalisation de ces recommandations et des objectifs des contrats de performance  2010 fait ressortir un constat  des résultats mitigés  et moins encourageant. », a-t-il indiqué.
Pour Yengo, l’insuffisance des moyens financiers et le problème de la qualité des ressources  humaines  sont les raisons majeures des résultats mitigés réalisés jusqu’ici. Il a dit espérer voir  ces trois jours  marquer les jalons solides de l’entrée dans SNEL sarl.
 Pour sa part Achille Bondo a fait remarqué qu’avec son nouveau statut,  la SNEL devrait être une entité économique  viable  engagée dans les activités de production,, de commercialisation d’énergie électrique  fonctionnant  suivant  les lois du marché.
Les objectifs assignés aux nouvelles sociétés commerciales seront atteints si leurs situations financières sont  assainies dans le meilleur délai.
  Et d’indiquer que les données tirées des états financiers de la SNEL arrêtés au 31 décembre 2009, date de référence pour l’établissement de son  bilan de clôture, indiquent que les fonds propres  de cette entreprise se chiffrent à 236. 817 milliards CDF tandis que ses dettes  totalisent 700. 119 milliards CDF, ce qui signifie qu’au moment de sa transformation en société commerciale, la SNEL  se trouve en situation de cessation de paiement.

Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply