Les députés refusent de dire la vérité au peuple

 

L’interpellation de Matata initiée par le député du MLC, Germain Kambinga  a été renvoyée aux calendes  grecques,  à l’issue de la plénière d’hier lundi à l’Assemblée nationale consacrée au débat sur l’opportunité d’interpeller le Premier ministre, en vue d’éclairer les lanternes de la représentation nationale sur la gestion de la guerre de l’Est  après la chute de Goma et d’autres localités du Nord- Kivu.

Par une motion de procédure, un député du  Kivu, Me Boni Balamage, a suggéré à la plénière le rejet de cette interpellation qui, selon lui, n’était pas conforme aux prescrits de la Constitution et du règlement d’ordre intérieur.

Pour se conformer à la procédure, le président de l’Assemblée nationale a accordé la parole à six députés à raison de trois pour et trois contre ladite motion. Les députés de l’opposition, avec en tête Clément Kanku, ont estimé qu’au delà du juridisme développé par Me Balamage, l’interpellation du Premier ministre ne devait pas diviser les députés. Pour ces députés, l’évolution inquiétante de la situation militaire  au front oblige le chef du gouvernement à rendre compte au peuple à travers l’Assemblée nationale, de la gestion par cette nouvelle guerre qui endeuille une fois de plus les populations de l’Est du pays.  Ils ont fustigé l’insouciance manifeste de  Balamage, élu du Sud Kivu, qui prend la défense de Matata Ponyo pendant que les femmes de sa province sont quotidiennement violées et attendent des solutions adéquates pour le retour de la paix dans leur province.

Du côté de la majorité, les députés ont soutenu sans réserve cette motion. Zacharie Bababaswe, un député de la majorité a banalisé cette question de  guerre éminemment sensible   pour la survie de la nation. Dans son lingala facile, Bababaswe a jugé inopportun le débat sur la guerre à l’Est au nom des secrets de la défense et des stratégies militaires qui ne devaient pas être révélés au public dans une plénière au risque de vendre la mèche aux ennemis.

Après ce débat, la majorité a rejeté cette motion, provoquant ainsi la sortie des députés du  MLC, seul groupe parlementaire de l’opposition  présent à cette plénière boycottée par la majorité de députés de l’opposition.

Dans une conférence de presse improvisée dans les couloirs du Palais du peuple, les députés du parti cher à Jean Pierre Bemba ont pris à témoin le peuple congolais qui devait tirer toutes les conséquences du comportement non républicain de ses élus de la majorité.

 Eric Wemba

Leave a Reply