Les avocats en grève hier à Kinshasa

Le Conseil  de l’Ordre des Avocats du Barreau de la Gombe a réclamé la révocation du juge OTSHUDI pour arrestation arbitraire de Me BOLEBE. La journée d’hier a été décrétée journée sans toges, c’est à l’issue d’un communiqué rendu public par Me Didier DIMINA son secrétaire de l’ordre pour protester contre la détention arbitraire de Me BOLEBE ordonnée par la chambre du TGI /Gombe présidée par le juge OTSHUDI.
Vers 10 heures, une foule des avocats est partie du TGI/ Gombe sous forme de marche de protestation jusqu’au Tripaix de la Gombe où était prévue une audience publique opposant le Ministère Public à Me BOLEBE victime de l’arrestation et détention arbitraire ordonnée par le juge OTSHUDI. Cette audience d’hier enregistrée sous le R.P. 22711/6 MP et PC/Me BOLEBE a été consacrée à la suite de l’instruction publique, à l’audition des témoins ainsi qu’aux plaidoiries des parties à ce procès. La greffière  dénommée Mme Noëlla a déclaré devant la barre qu’elle était bel et bien présente à cette audience mais qu’en prenant la parole pour soulever deux exceptions d’ordre public, le ton utilisé par Me BOLEBE se mble avoir mécontenté le tribunal. Le juge OSTHUDI lui a alors retiré la parole. A son tour Omari BARUTI, ci –devant client de Me BOLEBE s’est a indiqué que tout au long de l’instruction de son affaire, le juge OSTHUDI ne voulait pas leur accorder la parole et interrompait souvent son avocat. Ce qui est grave, a-t-il ajouté, c’est lorsque Me BOLEBE avait demandé à Mme le Greffier d’acter ce qu’il considérait comme injure de la part du juge OSTHUDI l’ayant traité d’avoir étalé son ignorance en droit.  Pour sa part, l’officier du Ministère Public a estimé que l’attitude  de Me BOLEBE lors de l’audience  constituait un délit d’audience ainsi qu’un outrage à un magistrat. Raison pour laquelle il avait demandé au Tribunal de constater cela par un procès-verbal. 
 
La partie BOLEBE assistée d’un collectif d’avocats dont Me Wenga a confirmé qu’il s’agit là d’un procès d’arrogance contre la voix de l’avocat. Car, comme le mardi dernier la partie citante  assistée par Me Mabiala avait conclu par la recevabilité de son appel, il était tout à fait normal pour Me BOLEBE de soulever cette exception d’ordre public. Curieusement, le juge OTSHUDI lui a interdit de toucher le fond en se limitant à la forme alors que le jugement avant-dire-droit ne pouvait pas lier le tribunal. La phrase  lâchée par le président OTSHUDI  traitant Me BOLEBE « de vouloir étaler son ignorance » a été considérée par ce dernier comme une injure. S’étant rendu compte de la bévue, le juge OSTHUDI s’est précipité pour décréter une audience en flagrance pour outrage à magistrat. Pire, il a ordonné à Me BOLEBE d’enlever sa toge pour être jugé, ce qui a scandalisé la salle d’audience du TGI/ Gombe, a indiqué Me MABIALA. 
Avant de préciser que le juge président n’a pas consulté les autres membres de la chambre et il a pris seul la décision de mettre aux arrêts Me BOLEBE.
 
Intervenant à son tour, Me KASTHUVU de la partie citée et opposée à Me BOLEBE le jour de la gaffe a d’abord soutenu que le juge OSTHUDI avait bel et bien traité Me BOLEBE d’avoir étalé son ignorance en droit. Ensuite, il a demandé au tribunal des céans de préciser la prévention retenue contre Me BOLEBE. Quelle est la menace proférée par Me BOLEBE et quels sont les faits infractionnels ? Selon lui,  Me BOLEBE est poursuivi pour avoir demandé au greffier d’acter ce qu’il considérait comme injure à son endroit. D’autres témoins,  notamment les adversaires des clients de Me BOLEBE ont défilé devant la barre pour soutenir que ce dernier avait demandé au greffier d’acter ce qu’il considérait comme injure à sa personne.
Ainsi édifié par tant des témoignages surtout ceux des avocats de la partie citée et des clients de deux parties, le tribunal de Paix de la Gombe a tout simplement acquitté Me BOLEBE. 
 
Les avocats en assemblée générale
 
Pendant ce procès, une pétition circulait pour recueillir des signatures en vue de la convocation d’une assemblée générale des avocats du barreau de la Gombe. Il s’agira d’arrêter une décision pour saisir le Conseil Supérieur de la Magistrature en vue de prendre des sanctions sévères à l’endroit du juge OTSHUDI, notamment, la révocation ou sa permutation dans une autre ville que Kinshasa. En attendant, le Conseil de l’Ordre de la Gombe a pris une décision de principe demandant aux avocats de s’abstenir de plaider devant toute chambre que présiderait le Juge OSTHUDI.     
 
MELBA-MUZOLA
 

Leave a Reply