Lemba : une fillette de sept ans tuée pour avoir bousillé un poste radio

Agée de sept ans, fille d’une policière, la petite Prisca Nsimba a été retrouvée morte dans la nuit de lundi à mardi 8 avril 2014 au quartier Tadi, non loin de l’intendance générale de l’Unikin dans la commune de Lemba. Présentant des lésions corporelles, la victime donne l’impression d’avoir subi des violences avant de rendre l’âme. Selon les proches de la victime, les relations ne sont pas roses avec un couple voisin. Le motif de ce conflit n’est rien d’autre qu’un poste radio d’une valeur de cinq mille francs congolais, appartenant au voisin, endommagé par Prisca et ses frères il y a de cela quelques jours. Comme il s’agit des enfants, ils sont retournés auprès de ce couple le lundi pendant la journée pour y suivre la télévision à l’insu de leurs parents.

            Le couple aurait renvoyé les autres frères pour ne rester qu’avec Prisca. A la tombée de la nuit, les parentés de Prisca se sont lancés à la recherche de leur enfant. Première piste donnée par ses frères : la maison du couple où ils étaient partis suivre la télévision. N’ayant pas trouvé la filette, la famille a saisi la police nationale placée au parking de l’intendance générale de l’Université de Kinshasa. Ensemble avec les éléments de la police, ils ont retrouvé le corps de la fillette jeté sur la voie publique.

            Ce qui a conduit à l’arrestation immédiate du couple suspect. Placé en détention au niveau de ce ce poste, les suspects que nous n’avions pas pu approcher seraient passés aux aveux. Sur ordre du Procureur de Matete, le corps de la victime a été conduit à la morgue de l’hôpital général de référence de Kinshasa le 8 avril 2014 aux environs de 9 heures du matin.  Cette situation n’a pas laissé indifférente les riverains. Tout en condamnant cet acte incivique, ils ont tiré l’attention des parents qui s’illustrent par une négligence en ce qui concerne l’encadrement des enfants. Avec une bonne discipline au sein de la famille, un enfant ne peut en aucun cas disparaître du toit familial pendant des heures sans que les adultes ne s’en rendent compte.

Yves Kadima

Leave a Reply