L’écurie Bana Soweto attaque un homme d’affaires

Zemanta Related Posts ThumbnailDepuis des années que les marginaux de l’écurie Bana Soweto ont lancé leur safari criminel dans la commune de  Matete,  les victimes ne se comptent plus et les policiers ne parvenaient pas à appréhender les têtes d’affiche, encore moins les membres, dont on sait qu’ils opèrent aussi bien le jour comme la nuit. Et c’est leur impunité qui a fait leur triste réputation.

Pendant que les policiers se cassaient les méninges pour localiser les repaires de ces marginaux, Bana Soweto se pavanaient au quartier Debonhomme où ils ont agressé plusieurs personnes dont un homme d’affaires. C’était le 1 août 2013. Cette nuit-là, il était 23 H 30’. Batakula Lopenda revenait d’une rencontre d’affaires, quand les membres de l’écurie Bana Soweto dirigés par Bwelo Ayisaka alias Gloire, postés au croisement de deux avenues, attendaient impatiemment leur «proie». Arrivé à la hauteur de cette bande, Batakula se verra soudain encerclé. Ils étaient une dizaine, ces malfaiteurs brandissant chacun une machette. Les lames étaient bien aiguisées et dès que l’un a grincé cette arme blanche contre une pierre, la victime a vite pensé que sa dernière heure était arrivée. Ecoutez, ne me causez pas du tort, je vais vous donner tout ce que j’ai.Ce message qui aurait dû apaiser les jeunes bandits, les a plutôt mis dans tous leurs états. Dans leur cruauté, les délinquants vont blesser leur victime avec des coups de machettes assenés sur la tête. L’homme d’affaires s’écroule et perd connaissance, saignant abondamment. Les «Kuluna» lui arrachent la somme de 1.700 dollars et 280.000 FC, ainsi que ses deux téléphones cellulaires de marque Nokia. Après leur fuite, la victime grièvement blessée, défigurée, les habits maculés de sang, est transportée vers un centre de santé proche où elle est admise en urgence. Ses secouristes occasionnels ont laissé entendre que ses blessures ont nécessité plusieurs points de suture et les soins médicaux ont requis des semaines d’hospitalisation.

A l’état-major du Groupement Mobile Est, les sinistres exploits de deux bandes des malfaiteurs «  Bana Bolafa » et «  Bana Soweto » interpellent les responsables. C’est un défi qu’ils doivent relever à tout prix. Car, la mauvaise réputation de ces délinquants a dépassé les limites des frontières de la commune de Matete. Les aventures de ces groupes des criminels en herbe découragent les fêtards qui rêvent de répondre à des invitations.

 Pour éradiquer ce banditisme, la police doit lancer une traque ciblée

Au GMI Est, on s’est organisé pour traquer ces bandits. Après avoir neutralisé la bande dénommée «Ecurie Bolafa », les policiers se sont lancés dans la traque des Bana Soweto. Ce que l’on croyait facile, s’est révélé comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Les marginaux étaient furtifs, au point que les éléments de GMI Est n’arrivaient qu’en retard après la cavale des malfaiteurs. «Si vous les recherchez à Matete, ils se cachent à Kingabwa. Et s’ils se déplacent une heure avant, les policiers se pointent en retard pour constater leur absence sur le lieu. Pour réussir son coup de filet, l’état-major de GMI Est s’est appuyé sur des indicateurs qui donnaient par téléphone, tous les mouvements de déplacement de Bana Soweto. Grâce à cette stratégie, on était sûr de pouvoir surprendre les malfaiteurs dans leur prochaine cachette.

         La semaine passée, la méthode s’est révélée payante. Car, Bwelo Ayisaka et ses acolytes sont tombés dans les filets de la police. Soumis à un interrogatoire serré, ils sont passés aux aveux et ont révélé que pour être furtifs, ils buvaient constamment du sang des chiens et des chats. Au moment où nous mettons sous presse, cette bande des malfaiteurs a été déférée devant le parquet de grande instance de Matete où elle devra répondre de ses crimes et autres méfaits.                                                                                                                                             J.R.T.  

Leave a Reply