L’eau potable, les routes et la télécommunication : priorités des populations de Mushie

Aimé-Cyprien Dionzo revient de la cité de Mushie après deux semaines passées aux côtés des siens dans les villages qui constituent le territoire de Mushie.

Ses rencontres diverses avec les chefs coutumiers et les populations de ces différents villages ont été riches en enseignements. La question électorale, le bon choix, le député crédible ont galvanisé les entretiens cordiaux tenus avec fraternité et franchise dans les villages de Mbala I et II, Bosiki, Kenya, Mperimuna, Mbaa, Nsenu, Kesomi, Mpoko, Isali, Mbali, Bokote, Saboleme, et Bopaka. Les populations sont unanimes pour voter utile.

Dans les forums organisés et tenus, Dionzo a rappelé à ses frères le rôle du député national comme étant celui de porte-parole de ses électeurs auprès du gouvernement de la République; il a aussi renchéri que la vigilance doit être touts azimuts face aux futures échéances électorales annoncées pour le 28 novembre 2011.  » Voter, dit-il, un vrai député, celui qui peut prendre en compte vos préoccupations en  tant que  » porte-parole clairvoyant « , constamment à l’écoute de ses électeurs, enclin à plaider auprès des autorités compétentes pour toutes leurs préoccupations légitimes. Un jeu de questions-réponses sur le bilan du quinquennat législatif qui s’achève pour le territoire, a révélé que peu de réalisations pour ne pas dire rien, n’ont été  en faveur des populations de Mushie.

Il convient de rappeler que les populations se sont montrées très exigeantes dans leurs réactions autant que leurs chefs coutumiers pour réclamer des réalisations concrètes en faveur du développement de leurs villages respectifs.

Il s’agit notamment de l’eau potable, de problèmes de communication. Ici allusion à voir installer une antenne de l’un des opérateurs de cellulaires présents en RD Congo, à Mbali, parce que considéré comme le chef-lieu du groupement de Baboma-Nord. Ce qui permettrait de désenclaver en un premier temps ce coin du territoire de Mushie.

Sans rien promettre de l’effectivité de cette volonté des populations, Aimé-Cyprien Dionzo a assuré être porteur d’une nouvelle vision du développement à la base. C’est le cas de le dire pour Mbali où siège le chef de la chefferie Baboma-nord, dit   » Ngili iboma », de son vrai nom « Arsène Mpia Nsele  » s’est montré encouragé et en faveur du développement.

Leave a Reply