Le Sénateur Isoyongo place AGV sur orbite

 
Visiblement en ébullition depuis la fin de l’année 2010, la sphère politique nationale vient de s’enrichir d’un nouveau regroupement, dénommé « Alliance pour la Gouvernance des Valeurs(AGV). Dirigé par Pius Isoyongo Lofete Loyangu, ce parti a reçu la bénédiction des mamans de Kinshasa, venues nombreuses à son siège de Kanda-Kanda dans la Commune de Kasa-Vubu, le samedi 29 janvier 2011.

    A en croire le staff politique de l’AGV, cette cérémonie avait pour but de sensibiliser la gent féminine, principale moteur du changement de la société. L’AGV compte énormément sur les mamans pour concrétiser ses trois objectifs principaux : le changement des mentalités par l’intériorisation des valeurs éthiques ; la lutte contre les antivaleurs ; et la mise en pratique des valeurs positives dans la gestion de l’Etat pour satisfaire l’intérêt général… » a martelé Pius Isoyongo.

    Pourquoi alors créer un nouveau parti ? ont questionné ses hôtes. A cette interrogation, l’élu de l’Equateur a souligné que son constat est parti des difficultés d’ordre divers (transports, alimentation, soins médicaux, routes, etc.) que vit la population, alors que l’autorité du pays est là pour répondre à ses besoins. Beaucoup d’efforts sont anéantis, selon lui, par le règne des antivaleurs telles que l’impunité, le vol et le viol, la corruption, le détournement des deniers publics, l’égoïsme, le tribalisme, le trafic d’influence, la violation des droits de l’homme, l’immoralité, l’abus des pouvoirs etc. « Nous voulons changer les choses dans la combinaison de trois vertus principales : les idées (convictions), l’organisation et le travail… » a-t-il clamé. Avant d’ajouter que la défense des convictions de l’AGV portées par un idéal politique d’inspiration chrétienne et de l’humanisme démocratique, pose un regard neuf sur la gestion de la chose publique.

Choisir entre l’intérêt général ou privé

     Au cours de ce meeting politique, les femmes qui ont eu droit à la parole ont posé de nombreuses questions. Dans le lot, la célèbre Mama Ewaso, pionnière du théâtre populaire au Congo, satisfaite de la vision imprimée par l’AGV, a promis son soutien à ce parti. Néanmoins, les femmes ont unanimement cherché à savoir s’il s’agit d’une tentative de duperie de plus car ayant bruyamment battu campagne pour certains élus en 2006, ces derniers, une fois installés à l’hémicycle,  ont pratiquement déserté leurs bases. A cette préoccupation, Pius Isoyongo Lofete a rappelé à l’auditoire qu’au Congo il y a deux camps : celui de l’argent et celui des idées. Ceux qui se sentent « dribblés » se reprochent certainement d’avoir « vendu » leurs voix. D’où son vibrant appel à la bravoure unie à la vigilance ; la sanction morale contre la déviation ; à la préservation des valeurs ; et enfin, le sens de la mesure et de l’utile. D’ores et déjà, fait-il savoir, les gens doivent saisir que l’intérêt général n’est pas en conflit avec l’intérêt privé. « Nous nous identifions au Coq car l’AGV entend se constituer le surveillant courageux de tout ce qui se rapporte à la gouvernance en RDC. Il entend rappeler au devoir le gestionnaire de la chose publique chaque fois qu’il sera tenté de trahir l’intérêt général, donc le peuple » a promis le sénateur Isoyongo.

Tshieke Bukasa 

 

Leave a Reply