Le Renadhoc dénonce l’aggravation de la guerre à l’Est

C’est  dans un souci  majeur de la recherche du bonheur des Congolais que le RENADHOC (Réseau national des ONGs de droits de l’homme  de la RDC) a haussé de nouveau le ton pour dénoncer  l’insécurité  récurrente  et persistante  à l’Est du pays.
Cela a été fait au cours d’un point de presse animé lundi  25 juin  2012 en son siège à BARUMBU. Son secrétaire exécutif  FERNANDEZ –MURHOLA  a dénoncé les deux attaques simultanées du 14 et 15 juin 2012 dans les  2 résidences présidentielles d’UVIRA au cours desquelles  3  éléments de la garde  républicaine  avaient succombé. Un serait dans un état critique . Aussi, le Renadhoc a informé les médias que : la RDC  est en danger, il y a trahison ! 
 Ce message fort du  RENADHOC invite  les Congolais à une solidarité collective mais aussi  à la  vigilance pour  protester plus énergiquement contre l’occupation du Rwanda depuis plus de deux décennies . C’est  une situation inacceptable,  inadmissible  et inconcevable. FERNANDEZ  MURHOLA  a confirmé que notre pays  continuait à traverser l’un des moments les plus critiques de son histoire. 
Le  RENADHOC invite le gouvernement de la République à mettre rapidement un terme à cette  sombre répétition de l’histoire  avant le 31 août 2012.  Passé cette date, le Renadhoc sera obligé de recourir à d’autres  voies. Raison pour laquelle, il exige avec fermeté et détermination  :
1) le limogeage de tous les généraux et colonels d’obédience rwandaise occupant actuellement de postes stratégiques;
2) l’exclusion définitive et l’arrestation immédiates de tous les officiers supérieurs  engagés dans la mutinerie contre l’armée – congolaise.
3) l’affectation des unités loyalistes dans tous les postes frontaliers de la RDC;
4) la suspension du programme AMANI LEO ainsi que la libération sans condition de tous les officiers Mai –Mai.
 
MELBA-MUZOLA et jacques –KASHALA (Stg/Ifasic).

Leave a Reply