Le PPRD tape du poing sur la table

Le PPRD exige l’autocritique de toutes les alliances au début de cette année nouvelle afin que ceux de partenaires qui trouvent trop contraignante la discipline librement consentie ne puissent plus  jouer au caméléon ». Ce message tranchant a été lancé hier lundi 4 janvier 2010 par le Secrétaire général du parti présidentiel, le professeur Evariste Boshab, à l’occasion de l’échange des vœux du nouvel an 2010 et de la commémoration du sacrifice des martyrs de l’indépendance.

 

En effet, au siège national du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) pris d’assaut par ses cadres, élus, militants et sympathisants, Evariste Boshab, a souligné que cette cérémonie était une occasion pour le PPRD de repenser ses méthodes de travail et de requalifier son engagement militant afin que son image reflète la défense des intérêts du peuple. A l’en croire, le rassemblement d’hier a constitué également pour le PPRD l’expression de la volonté de se raffermir comme parti politique, de resserrer les liens de camaraderie, de consolider un choix de bâtir un Congo uni, fort et prospère.

 

 Examiner l’AMP 

            D’un ton ferme, le numéro 1 du parti a indiqué que cette rencontre permettait également d’ausculter l’Alliance de la Majorité Présidentielle( AMP) que « d’aucuns accusent de tous les maux en se limitant aux symptômes, alors que l’anamnèse n’est qu’une simple indication en ce qu’il faut des examens approfondis ». En conséquence, pour couper court à tous les « semeurs de vent » qui marchent en tirailleurs en tirant sur l’AMP, Evariste Boshab a reconnu leur seul mérite : «la  déloyauté ». « Le cadre approprié pour procéder à l’autopsie de l’AMP n’est pas la rue! » a-t-il clamé. 

Par ailleurs, convaincu que toutes les alliances ont par définition, comme des médailles, leurs revers, il a clairement conclu que « quiconque se sent à l’étroit dans l’alliance a le droit de se retirer au lieu de criailler sans jamais avoir le courage de s’assumer en se retirant ». Personne, a-t-il assuré avec la dernière énergie, alors personne ne pourra faire peur au PPRD en brandissant l’épouvantail de claquer la porte, puisque celle-ci est grandement ouverte.

Pour le Sg du parti présidentiel, l’exigence du PPRD au cours de cette année préélectorale sera non seulement la question de loyauté à tous ses partenaires, mais aussi les sanctions exemplaires à l’endroit de toutes les chauves-souris. 

 

Les défis de 2011

             Après l’évaluation de différentes questions d’intérêt national et international, le Comité Exécutif National du PPRD que dirige le professeur Evariste Boshab a fixé l’assistance sur certaines positions arrêtées. Il s’agit, entre autres, du soutien de l’intervention armée à Dongo ; de la priorisation de la dimension sociale du développement ; l’appui à l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE etc.

Loin de trouver une autosatisfaction dans le travail abattu par le Comité qu’il dirige, Evariste Boshab a reconnu que le chemin à parcourir reste encore long. Selon lui, le regard du PPRD est fixé sur les défis à relever en rapport avec les échéances électorales de 2011. C’est, notamment, parachever l’installation des Comités et des cellules de base à travers les fédérations afin d’assurer le recrutement permanent des membres et la fidélisation de ces derniers ; s’assurer des moyens financiers à la hauteur des défis pour asseoir son leadership ; sanctionner le processus d’identification des membres par la mise en circulation de la nouvelle carte de membre dont le lancement interviendra incessamment ; poursuivre l’évaluation des activités des mandataires du PPRD, etc.

 

 

Tshieke Bukasa 

 

Leave a Reply