Le PPRD a boycotté le cadre de concertation

Les lampions se sont éteints, samedi 22 octobre au Cepas, sur le forum des jeunes des partis politiques et de la société civile pour des élections apaisées, organisé par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

C’est le professeur Jacques Djoli, Vice-président de cette institution d’appui à la démocratie, qui a procédé à la clôture de ces assises de deux jours au cours desquelles la jeunesse du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (Pprd) a brillé par son absence. Ce, en dépit du fait que les représentants de cette formation politique avaient pris part activement à tous les travaux préparatoires.
Parmi les grandes formations politiques présentes à ce forum, il y a lieu de citer l’UDPS, l’UDEMO, l’UNC, le MLC et l’UFC.
Ce forum, avec l’appui de la Monusco, avait pour mission de susciter un dialogue franc entre les jeunes de différents horizons pour créer un climat de paix au moment où la Rd Congo est en train de préparer les élections générales.

Au terme des travaux, les jeunes présents ont mis en place un cadre de concertation qui s’est traduit par la signature d’un acte d’engagement de différentes structures présentes. C’est désormais cette bible qui devra leur servir de balise dans les actions à entreprendre tant au sein de la société civile que de leurs partis politiques respectifs, afin de privilégier l’intérêt supérieur de la nation pendant cette période charnière où le pays se trouve à la croisée des chemins.
De manière unanime, les participants ont déploré l’instrumentalisation des jeunes par les différents acteurs de tous bords, instrumentalisation qui a conduit au cours de ces trois derniers mois à de graves incidents et violences préélectoraux tant à Kinshasa qu’en provinces.
Dans son mot de la fin, le Vice-président de la Ceni s’est réjoui du diagnostic sincère posé par les jeunes, notamment face aux responsabilités du gouvernement dans la conduite des affaires publiques, des forces de l’ordre dans l’accomplissement de leur mission ; des partis politiques ; de la Ceni pour l’organisation d’un scrutin démocratique, crédible et transparente et leur propre autocritique.
Jacques Djoli a encore une fois de plus confirmé l’engagement pris par la Ceni d’ouvrir dès cette semaine l’accès au serveur central à l’opposition, preuve que la Ceni n’a rien à cacher et veut organiser les élections dans un climat apaisé et la transparence.

Tout en se félicitant du cadre de concertation mis en place, le Vice-président de la Ceni a vivement recommandé que les engagements pris se traduisent en actes concrets dans leur agir de tous les jours. Car, a-t-il ajouté, au moment où la Rd Congo tend à franchir un second palier dans la consolidation de sa jeune démocratie, la culture démocratique doit désormais être mise au service du développement et que sans elle, tout progrès est impossible.
Présent à cette clôture, Achi Atshin, Directeur adjoint de la division des Affaires politiques de la Monusco, a souhaité pour sa part que cet élan de la jeunesse et son engagement ne s’arrêtent pas en cours de route. Très incisif, il a rappelé aux jeunes, fer de lance de tout développement, de faire attention et d’être sérieux dans les engagements. Car a-t-il mis en garde, la Rd Congo ne sera jamais construite par quelqu’un d’autre, seuls ses fils et filles le feront. Ainsi, avec une ferme assurance de toujours accompagner la jeunesse, Achi Atsain a souhaité que les jeunes cultivent davantage la fraternité, sans laquelle aucun développement n’est possible.

A.Vungbo

Leave a Reply