Le Plan régional de mise en œuvre de la Résolution 1325 adopté à Bujumbura

De retour de Bujumbura, capitale du Burundi, qui a abrité les travaux de la Conférence régionale sur les femmes, la paix, la sécurité et le développement dans la Région des Grands Lacs, du 9 au 11 juillet 2013, la ministre du Genre, de la Famille et de l’Enfant, Geneviève Inagosi, a restitué devant une brochette des journalistes les contours de ces assises qui ont connu la participation de plusieurs personnalités de marque. Dame de la République française, Valérie TRIERWEILLER, était accompagnée de la ministre française de la Francophonie, Yamina Benguingui.

L’objectif poursuivi était l’instauration d’une paix durable dans la Région des Grands Lacs en général et en RDC en particulier, après avoir identifié les problèmes majeurs, notamment les violences sexuelles et celles basées sur le Genre, accompagnées d’autres atrocités et crimes commis sur les femmes et les filles, la circulation des armes, l’occupation de certains territoires de l’Est de la RD Congo par des groupes armés ainsi que des intérêts économiques liés à cette occupation.

A l’issue des travaux, a-t-on appris, les participants ont salué l’engagement renouvelé des communautés nationales, régionales et internationales manifesté par la signature de l’Accord-cadre sur la paix, la sécurité et la coopération en vue de la réalisation de la paix, de la sécurité et du développement durables en RD Congo et dans la Région.

Dans une déclaration finale lue par la ministre Inagosi, les participants ont convenu d’adopter un Plan d’action régional de la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations-Unies pour la CIRGL. Un comité de pilotage de ce Plan d’action a été mis sur pied, avec une présidence rotative assurée cette fois-ci par le Burundi, tandis que la RDC assure le Secrétariat.

 Pour ce qui est des recommandations, les participants ont demandé aux signataires et garants de l’Accord-cadre sur la paix, la sécurité et la coopération de veiller à l’implication des femmes dans la conception et la supervision nationale et régionale du Plan de mise en œuvre de cet texte. Les signataires devront aussi inclure dans le Plan de mise en œuvre de l’Accord-cadre des objectifs visant à promouvoir les droits humains des femmes, l’égalité de genre et l’autonomisation économique des femmes.

Aux gouvernements de la RD Congo, du Burundi et du Rwanda, les participants demandent le maintien de l’engagement et la participation des ministres, des parlementaires, des mécanismes nationaux et de la société civile dans le processus de d’élaboration et de mise en œuvre de l’Accord-cadre sur la paix, la sécurité et la coopération. La Société civile des pays signataires de l’Accord-cadre devra continuer à renforcer la solidarité entre les femmes ainsi que la collaboration avec les gouvernements tant au niveau national que régional, s’engager dans la mise en œuvre et le suivi du cadre de l’Espoir, soutenir et encourager les processus nationaux relatifs au Plan d’action sous-régional pour la mise en œuvre de la résolution 1325 en RD Congo, au Burundi, au Rwanda et en Ouganda.

A la Communauté internationale, il a été demandé d’appuyer la mise en œuvre des plans, des lois, des politiques et protocoles nationaux et régionaux existants en faveur des femmes aux niveaux national et régional, d’assurer le financement des initiatives économiques visant à promouvoir le développement économique de la femme.

Tshieke Bukasa 

Leave a Reply