Le PDG Serge Kasanda s’estime persécuté dans son pays

photo-PDG-SERKAS-01Si sous d’autres cieux, les opérateurs économiques qui fournissent des biens et des services au gouvernement pour son fonctionnement harmonieux, ne connaissent pas de problèmes pour le recouvrement de leurs créances, dans notre pays, c’est à un parcours du combattant que se livrent chaque jour, ces partenaires de l’exécutif. Les agents de la Société immobilière Serge Kasanda ont dû sillonner chaque jour les couloirs des ministères. Sans succès. C’est cela la recette-miracle pour assurer un meilleur suivi de ses notes de créances et ses factures. Mais ce n’est pas tout. Au cours de ces démarches, ils n’ont pas été au bout des surprises désagréables poussant au découragement, quelquefois à l’énervement.

Factures contestées, d’autres égarées, le PDG lui-même a cherché à rencontrer le ministre du Budget pour en savoir davantage sur les raisons du blocage auquel sont soumises ses notes de créances. Réponses : le titulaire du Budget est tellement surchargé qu’il n’a plus de temps pour lui-même. Mais c’est en cherchant à percer le mystère de cette situation malheureuse qu’il a fini par apprendre que ses dossiers moisissent dans les tiroirs, à la suite d’un règlement de comptes entre certains officiels. C’est en désespoir de cause qu’il tente aujourd’hui de joindre le Premier ministre pour obtenir le déblocage de ses dossiers et le paiement de ses créances. Car, cela fait deux ans qu’il a l’impression d’être persécuté, ses finances asséchées, le privant ainsi de la possibilité de poursuivre l’exécution de ses projets dont les chantiers sont arrêtés et les ouvriers mis en congé technique. C’est ce cri de détresse qu’il adresse à l’homme à la cravate rouge.

J.R.T.

Kinshasa, le 20 février 2014

N/Réf. : 1267/02/CAB-PDG/14

                        A Son Excellence Monsieur le Premier Ministre,

                        Chef du Gouvernement

                        Hôtel du Gouvernement

                        A Kinshasa/Gombe

                        (Avec l’expression de notre plus haute considération)

Concerne : Demande d’audience

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

            Nous revenons encore une fois par la présente

auprès de votre Excellence, rappeler l’objet repris ci-haut en marge et manifester par la même occasion, notre frustration et notre extrême affliction, suite au manque d’intérêt manifeste affiché par le Gouvernement de la République à l’égard de nos préoccupations, exprimées en tant que citoyen, patriote, contribuable et opérateur économique de ce pays, parce que cela fait bientôt deux ans que plus d’une dizaine de nos demandes d’audience pour rencontrer votre Excellence, se sont vues à chaque fois et sans raison, réservées une fin de non recevoir.

En ce qui nous concerne, et tenant compte des valeurs comme l’abnégation, le travail, la volonté, que Votre Excellence a si souvent défendues lors de vos multiples interventions publiques, et qui s’identifient parfaitement aux mêmes principes de travail, de mérite et d’honnêteté qui ont toujours caractérisé notre propre existence, nous ne nous doutons pas un seul instant que notre sollicitation de vous rencontrer,  pouvait manquer d’attirer votre particulière attention.

En effet, dans le cadre de soutien du gouvernement aux opérateurs économiques nationaux, et au regard des difficultés réelles que traverse notre jeune entreprise suite à Votre instruction donnée au Vice-Premier Ministre, Ministre de Budget de ne pas nous payer ce que son Ministère nous doit dans le cadre du contrat de bail qu’il avait conclu avec IMMO-SERKAS , Nous étions convaincu que votre Excellence daignerait bien nous recevoir ou encore lever la décision de ne pas nous payer, pour autant qu’ il avait été prouvé à travers plusieurs de nos correspondances que votre instruction avait été donnée sur base d’un rapport erroné, tel que son initiateur a eu par la suite à le reconnaitre devant nous par des aveux que nous avions réussis à conserver et dont nous réservons la , primeur à la meilleure attention de votre Excellence.

Nous réitérons ainsi à cet effet par la présente, notre volonté de rencontrer votre Excellence, au jour et heure de votre convenance. Nous nous imaginons que Votre Excellence se posera certainement la question de savoir pourquoi nous avons associé la presse pour vous faire parvenir une demande d’audience.

Veuillez donc trouver à travers notre démarche, le réflexe d’un opérateur économique aux abois, qui 2 ans après, s’accroche toujours et sans succès, à un hypothétique espoir d’obtenir auprès de votre Excellence, une audience qui lui permettra de tirer son entreprise de la mauvaise passe dans laquelle elle se trouve présentement. Il est certes vrai qu’au regard du nombre des demandes d’audiences déjà expédiées, nous ne savons plus à qui se fier maintenant, puisque nous ne savons même pas si nos demandes réceptionnées dans votre cabinet, vous parviennent réellement.

Convaincus de vos capacités à pouvoir donner une suite satisfaisante à nos préoccupations, nous pensons que note demande trouvera enfin un écho favorable auprès de Votre Excellence.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Excellence Monsieur le Premier- Ministre, Chef du Gouvernement, l’expression de notre haute considération et salutations patriotiques.

Serge KASANDA LUSAMBA

Président Directeur Général

One Comment

  1. Que SERKAS se batte jusqu’au bout. Seulement la question qu’on peut se poser est de savoir si le Premier Ministre est sincère avec ses discours sur le soutient pretendu de son Gouvernement aux Opérateurs Economiques Nationaux? Voilà un dossier où le Premier Ministre pouvait manifester cette volonté ne fus que en payant les dettes de SERKAS. Attendons voir.

Leave a Reply