Le patrimoine architectural kinois revisité

Fruit d’un travail franco-belgo-congolais, un ouvrage de 128 pages présentant les œuvres architecturales de la capitale congolaise a été présenté hier mardi 22 juin 2010 au Cercle de Kinshasa par la coopération française en RDC. Tâche exécutée au bout d’une année et demi ce répertoire s’inscrit dans le cadre du programme de développement du secteur ur¬bain et établi une base de données sur les bâtiments identifiés à partir des repérages cartogra¬phiques, de recherches histori¬ques et de reportages photogra¬phiques.

Œuvre non exhaustive, selon Pierre Jacquemot, ambassadeur de France en RDC, ce document rédigé après l’obtention de près de 3000 clichés permet néanmoins une prise de conscience de la valeur de références historiques de la capitale. « D’où la nécessité de les entretenir et les développer au bénéfice de la population… » a exhorté le diplomate.

Notons par ailleurs qu’il faudrait consigner, dans ce domaine, à l’actif de la coopération française la reconstruction de l’avenue Lumumba à Mombele dans la Commune de Limete ; l’inauguration prochaine du nouveau jardin botanique de Kinshasa ; la réhabilitation d’un bâtiment historique datant de 1927(au niveau de Petit pont à Gombe) et devant abriter la nouvelle chancellerie française ; le prochain plan d’aménagement urbain etc.

Présidant cette cérémonie, le gouverneur de la Ville-province de Kinshasa, André Kimbuta Yango, a exprimé sa satisfaction et déclaré la fierté de la population kinoise d’avoir en mains ce répertoire riche en œuvres tant coloniales que postcoloniales. Dans la même lancée, le Commissaire général au Cinquantenaire, le général Dénis Kalume Numbi, a salué ce travail important de mémoire et de revalorisation de l’œuvre architecturale qui permet de revisiter notre histoire.   

Pour rappel, c’est au cours d’un atelier tenu le 16 octobre dernier qu’ont été assignés les principaux objectifs de ce programme. Il s’agissait entre autre de maîtriser, coordonner et rationaliser l’utilisation des espaces urbains, par une admi¬nistration réformée et renforcée. Ceci dans le but de créer les conditions adéquates et décen¬tes pour le logement.

Et aussi la résorp¬tion du déficit en logement ; le renforcement des capacités technique et managériale des administrations centrales et pro¬vinciales ; l’actualisation des documents d’urbanisme ; le re¬classement des villes; la rénovation urbaine dans 33 villes concernées par le processus de décentralisation.

Enfin, faudrait-il noter au cours de cette cérémonie la présence des bourgmestres de Kinshasa qui ont été sensibilisés sur les contours et modalités dudit projet au moment où Kinshasa ne dispose pas vraiment de résultats d’études systématiques de son patrimoine architectural, à l’instar de nombreux ensem¬bles urbains. 

Tshieke Bukasa et Dino Nsumbu Thomas (Stg/IFGC) 

 

Leave a Reply