«Le MLC et Alliés» menacent d’accuser Malumalu au Conseil de Sécurité

mlcFace à l’entêtement du président de la CENI de maintenir ses options, le groupe parlementaire MLC et Alliés se propose  de saisir  urgemment le Conseil de Sécurité des Nations Unies, qui à son tour, devra prévenir la Cour Pénale Internationale des conséquences dangereuses du comportement de l’abbé Apollinaire Malumalu sur la population congolaise.

Au cours d’un point de presse animé hier mercredi 25 juin à GB, le président du groupe parlementaire MLC et alliés, Alexis Lenga  entouré de Clément Kanku, Eve Bazaiba, Jacques Lungwana … a réitéré l’opposition de son groupe au calendrier électoral publié par la CENI et à toutes les méthodes planifiées, selon les députés Bembistes et leurs alliés par Apollinaire Malumalu pour rééditer le holdup électoral des échéances passées.

Alexis Lenga  a fait remarquer que ce calendrier électoral ne tient pas compte de beaucoup des préalables techniques liés au processus de décentralisation, illustrant son propos par le décret fixant les statuts des villes et autres agglomérations qui demeure encore sujet à beaucoup de contestation à travers le pays.

Le président du groupe parlementaire MLC et alliés estime que commencer par les élections urbaines, municipales et locales constitue une stratégie de renvoyer aux calendes grecques les élections provinciales, sénatoriales et des gouverneurs qui étaient prévues en 2011 ainsi que les présidentielle et législatives de 2016.

Il a souligné que la conséquence fâcheuse de cette stratégie,  est de faire bénéficier un troisième mandat aux députés provinciaux, sénateurs et gouverneurs qui se trouvent hors mandat.

«Par rapport au président de la République, c’est le maintenir au pouvoir au-delà de 2016 avec comme suite logique, les contestations et les risques de chaos, car nous en sommes sûrs, Monsieur Malumalu dira qu’il n’y a pas d’argent pour organiser les élections dans le délai constitutionnel», a  souligné Alexis Lenga. Le président du groupe parlementaire MLC et Alliés a fustigé la modification du mode de scrutin pour l’élection des députés provinciaux qui  viole l’article 220 de la Constitution afin de réduire le droit de vote reconnu aux citoyens et favoriser l’achat des consciences.

            Le précité compte sur la maturité politique des membres du bureau de l’Assemblée Nationale pour ne pas inscrire au calendrier des prochaines sessions les 4 projets des lois venant du gouvernement relatifs au processus électoral, étant donné que le consensus politique à ce sujet n’est pas encore acquis.

Ce proche de Bemba a dénoncé le manque de considération de la part de la majorité présidentielle à l’endroit du souverain primaire, des autres acteurs de la vie politique de la nation ainsi qu’aux partenaires traditionnels de la RDC.

            Pour tout dire le groupe parlementaire MLC et alliés a lancé un appel à tous les partis politiques, personnalités politiques et la société civile, chacun à ce qui le concerne, pour mobiliser toutes les forces démocratiques en vue de mettre fin aux manœuvres du pouvoir en place et de l’Abbé Malumalu en vue d’arracher un terrain consensuel pour d’éventuelles élections crédibles et apaisées.

ERIC WEMBA

Leave a Reply