Le gouvernement d’accord d’exonérer les vaccins

 Le ministre de la Santé, Victor Makwenge Kaput a présidé samedi 13 mars 2010 une séance de travail avec deux bailleurs des fonds engagés dans l’appui au secteur de la santé. Il s’agit du Fonds mondial (Fm) et de l’Alliance internationale pour le vaccin et immunisation (Gavi). Les échanges se sont articulés autour de la nécessité, pour le gouvernement, d’honorer sa part de contrat en cofinançant l’achat des vaccins et d’apporter son appui structurel dans l’exonération des vaccins destinés au Congo.

Elargie au Secrétariat général à la Santé, cette réunion a en outre permis au ministre de préciser les termes du cofinancement Etat-partenaires et d’élaborer une perspective. Il ressort du constat fait par le Sg ai de la Santé, Hyppolite Kalambay, que pour le montant prévu de 2006 à 2011 évalué à 6 millions Usd pour la couverture vaccinale, seulement 108 mille usd ont pu être décaissés. Kalambay, qui faisait ainsi l’état d’avancement de nouvelles structures créées au pays et de la question relative au cofinancement, a noté qu’à ce jour, les dépenses en chantiers concernent l’achat de médicaments avec la Fedecame (Fédération centrale d’achat des médicaments). Il a expliqué les difficultés rencontrées pour la passation des marchés et rappelé la création d’une structure dénommée Cellule de gestion et d’appui (GA). Pour sa part, Jean Kaseya, représentant de Gavi à cette réunion a précisé qu’une bonne partie d’argent est plutôt versé eà la prime qu’aux activités. Aussi, la RDC, a-t-il regretté, ne paie pas les vaccins et est parmi les pays qui ne respectent pas la ligne. « C’est l’Unicef et Gavi qui couvrent ces charges », a-t-il lâché.

Réceptif aux doléances, le ministre de la Santé a donné des assurances à ses interlocuteurs de l’engagement du gouvernement à débloquer une somme à destiner à l’achat des vaccins dès le budget de l’année prochaine. Victor Makwenge a reconnu l’appui du Fonds mondial contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. Son appui, a-t-il ajouté, « permet de sauver de nombreuses vies humaines au pays ». Il a réaffirmé la volonté du gouvernement d’alléger le poids financier par des procédures ad hoc, notamment des facilités administratives.

Comme l’un de cinq chantiers de la République, a enfin précisé Makwenge, « la santé est l’une des priorités du Président de la République et de l’ensemble du gouvernement ».

Sylvestre Saïdi Nyota

Leave a Reply