Le FLNC prêt pour les élections de 2011

e président du  Front de Libération Nationale du Congo(FLNC), Kapend Elie Kanyimbu, a déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2011.  Kapend a fait cette déclaration le vendredi 31 décembre 2010 au siège de son parti à Mitendi, dans la commune de Mont Ngafula, à Kinshasa.
Il a saisi aussi l’occasion pour rendre publiques les nouvelles structures. Les différents nominés aux différents postes ont été présentés à la base. Le nouveau siège est situé à l’ex-joli site. Kapend a dit qu’il va présenter les candidats de son parti à tous les niveaux. Ce maquisard a aussi  souligné qu’il a mis fin à la rébellion qu’il avait lancé de l’Angola avec les rebelles connus sous le nom de « Tigres ». Il a invité les militants à ne pas être pressés mais prendre le courage. Sur les banderoles placées sur les murs, on pouvait lire «Croyons que la victoire est certaine ».

 Kapend Elie a prévenu ses militants à se méfier de porter le polo de n’importe quel candidat lors des élections. Pour lui, le FLNC, jadis un mouvement de libération, est actuellement un parti de masse. L’ex-chef des « Tigres » a précisé que le congrès de son parti va avoir lieu après les élections. Ce congrès aura comme objectif, notamment d’élire un nouveau président puisqu’il sera lui à la tète du pays à l’issue des élections.
 Celui que ses militants ont surnommé « Delut » a soutenu qu’il est le leader du système «Union des neutralistes indépendants »UNI.
Dans son discours, il a rappelé que sa lutte a commencé en Angola. Il était, en 1964, le président communal des pionniers de la  Conaco de Kapanga, au Katanga.Dès le jeune âge, il a rallié les rangs de Augostino Neto d’Angola, de Joachim Chissano du Mozambique, de Robert Mugabe du Zimbabwe, de Sam Mujoma de Namibie, de Thabo Mbeki de l’Afrique du Sud, de José Edouardo Santos d’Angola.
 En 1973-1974, Kapend a pris part à l’assemblée générale des mouvements de libération en Tanzanie au camp de concertation de Muchipamoyo. En 1977, il a été nommé membre du département d’organisation des masses. En 1982, il a mené une série de contacts avec certains pays, notamment au Sao Tome et Principe avec les dirigeants du MLSTP, au Cap vert avec MLCV et en Allemagne. Kapend Elie a affirmé  être l’un des co-fondateurs de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo(AFDL) où il a dirigé les opérations militaires à partir de Kamako jusqu’à Kinshasa en 1997. Reconnu comme général d’armée, il a révélé être arrivé officiellement à Kinshasa  en 2005, puis,  planifié le rapatriement des « Tigres » avec leurs familles à la suite des accords conclus avec les gouvernements angolais, congolais er la communauté internationale.
 L’ex-guérillero a en outre  donné la raison de son départ de l’AFDL et de son divorce d’avec Laurent-Désiré Kabila. Selon lui, Kabila père n’avait pas respecté les clauses. Pour n’avoir pas honoré ses engagements, l’AFDL,  avait cessé d’être un mouvement de libération et  devenait un mouvement d’invasion et d’infiltration des forces étrangères. 
 Cette cérémonie a été agrémentée par une chorale dont les chœurs ont rappelé la lutte  et les objectifs de l’émancipation du pays. Né en 1959, M.Kapend a justifié le remaniement du parti pour les élections. Il déclaré avoir abrogé les nominations des années 60’ et seules les nominations du 31 décembre 2010 comptent. Les militants qui étaient venus au Joli site étaient partis de différentes communes  de la capitale.

S.S.N 

Leave a Reply