Le district de Tshangu enclavé

Les usagers de la  route qui se rendent à Ndjili, Kimbanseke, Ndjili.- Brasserie…. se font beaucoup des soucis.   En effet, la quasi-totalité des tronçons routiers  qui se trouvent dans cette partie de la capitale sont devenus impraticables.  Prenons le cas du raccourci de Mangobo. Les travaux d’asphaltage sont suffisamment avancés, mais ce bout de route  n’est  pas encore officiellement ouvert  au public. Et pourtant, cette seconde entrée de Ndjili est appelée à désengorger la circulation au niveau du quartier 1, plus précisément des Eucalyptus.

Le boulevard Luemba, certes exigu, apporte une maigre consolation aux ndjilois et kimbansekois. La quasi-totalité des automobilistes se rabattent sur cet axe. Par ailleurs,  la route a foutu le camp à la hauteur du TGI de Ndjili. Dieu merci, de cet endroit jusqu’à la place Sainte Thérèse, la distance est inférieure à cent   mètres..  Mais   de la place Sainte Thérèse jusqu’à l’arrêt Dokolo, il n’y a  quasiment plus de bitume. Les chauffeurs de taxi-bus et kombi, friands du demi terrain, en ont profité pour mieux rentabiliser  la ligne Sainte Thérèse – Dokolo. Plusieurs « lacs » sont logés sur ce qui reste de bitume sur cet axe. Au niveau de « Dokolo », on peut prendre un autre moyen de transport pour atteindre le bar RFI à Kimbanseke.  En raison de l’impraticabilité du tronçon routier Ndjili – Kimbanseke, les automobilistes n’osent pas souvent s’aventure au-delà de RFI.  D’autant plus que les nombreux « lacs » qui ont vu le jour sur la route Ndjili- Kimbanseke occasionnent beaucoup des pannes des véhicules.. Ces pannes  sont surtout fréquentes en saison pluvieuse.
Les ndjilois, établis  le long du tronçon routier qui va jusqu’à Ndjili Brasserie, ne sont pas mieux lotis..

Les bus City Train qui récemment encore empruntaient cette bretelle, l’ont quasiment déserté. Seuls, les chauffeurs des taxi-bus l’empruntent à leurs risques et périls.
Les malheurs des automobilistes font le bonheur des motocyclistes. On les voit sillonner les routes et avenues de Tshangu.
 
L’action salvatrice du député Ngwala

Le député Victor Ngwala, domicilié à Kimbanseke, a posé la semaine passée  un acte significatif.  Ce parlementaire a fait jeter des caillasses sur une portion de la bretelle Sainte Thérèse – Dokolo. C’est, non loin de la place Sainte Thérèse, à la hauteur de l’avenue Mayunda que ces caillasses ont été jetées. Les personnes qui étaient sur les lieux ont apprécié à leur juste valeur l’acte posé par ce député. On ne sait pas pour le moment si l’élu de Tshangu va se limiter au périmètre  de la route ou si plusieurs autres pans  de la route seront  couverts d’ici peu des caillasses.
En tous cas, ndjilois et kimbansekois espèrent voir le député Ngwala ne pas s’arrêter à la hauteur de Mayunda..
En attendant que les cinq chantiers soient plus visibles à Tshangu, pourquoi d’autres élus ne s’intéresseraient-ils pas par  exemple aux  bretelles Ndjili Brasserie et   Boki ?

    Jean- Pierre Nkutu

 

Leave a Reply