Le délinquant «Cinq mètres» mis hors d’état de nuire

Une activité intense et suspecte se déroule souvent la nuit, dans les dépôts des marchandises du quartier industriel de Limete. Des surveillants qui téléphonent, d’autres qui attendent des visiteurs inconnus. Une certaine agitation gagne certains dépôts. Et puis, des voitures banalisées effectuent des ballets incessants à travers les rues. Des ombres humaines en descendent au pas de course, chargées des caisses d’outillage et du matériel de quincaillerie. Comme si le temps leur était compté.

 Des minutes plus tard, des camions venus de nulle part roulant à faible vitesse, phares faiblement allumés, pénètrent dans ces grandes concessions pour s’immobiliser devant les portes coulissantes des dépôts. Des porteurs chargent alors à la va vite des marchandises à bord des véhicules. Le chargement terminé, le camion peut sortir à vive allure, des dépôts, avant d’aller décharger leur cargaison dans une grande maison dans un quartier reculé de la ville.

C’est ça le mode opératoire le plus usité des cambrioleurs qui causent d’importantes pertes dans plusieurs sociétés commerciales et industrielles de la place. Mais depuis qu’est entré dans la danse, un certain «  Cinq mètres », on assiste à des changements de méthodes de cambriolage. Ce redoutable malfrat, fiché dans plusieurs unités de la police, coopère avec des surveillants, ainsi que des policiers ou des militaires commis à la garde des lieux. Avec toutes ces personnes dans sa poche, puisque soudoyées avec des espèces sonnantes et trébuchantes, Alphonse Mbinga Mutumosi peut parader calmement au sein des dépôts et choisir lui-même son butin.

            L’année dernière, il avait jeté son dévolu sur un grand dépôt logé dans une parcelle industrielle de la 18 ème rue Limete. Pendant des mois, il parvint à appâter les sentinelles qui veillent jour et nuit, sur cette concession. La tâche ne fut pas facile. Car, ces sentinelles étaient secondées par une équipe des militaires. «Cinq mètres» parviendra à approcher ces agents de l’ordre, disposés à participer à une série de cambriolages.

Une nuit, après avoir escaladé une clôture en treillis, «Cinq mètres » et son équipe parviendra à accéder à une porte d’un des dépôts avec la complicité des militaires. Les cambrioleurs ont sorti plusieurs marchandises dont un groupe électrogène, un moteur hors-bord de marque Mercury de 11 CV, et un lot important de pneumatiques de diverses dimensions.

             Des semaines plus tard, un des gestionnaires va constater des vides là où étaient entreposés le moteur hors-bord Mercury et le groupe électrogène. Un contrôle sommaire a révélé que ces équipements n’étaient pas sortis du dépôt, mais curieusement ne se retrouvaient nulle part. La seule conclusion est qu’ils ont été volés. C’est à partir de ce moment que débuta l’enquête devant déterminer les circonstances de ce vol. Qui ont volé ces matériels ? Comment ont-ils pu sortir ces équipements du dépôt ? Est-ce la nuit ou le jour, alors que toute la concession est protégée par une forte équipe des veilleurs de nuit, des surveillants et une escouade des militaires prêts à tirer, sur des ombres suspectes dans l’enceinte de cette parcelle industrielle?

La Police criminelle du commissariat provincial de la ville de Kinshasa, lancée sur l’affaire, a organisé une équipe d’enquêteurs pour tenter d’élucider le mystère de ce cambriolage nié par tous les surveillants. Des limiers déployés sur le terrain, pendant des jours, ont fini par découvrir un moteur hors bord de marque Mercury encore neuf proposé à la vente dans une boutique. Une source a indiqué qu’interpellé, le tenancier a avoué qu’un fournisseur l’avait sollicité pour écouler cet équipement. Les enquêteurs ont suivi cette piste et fini par tomber sur Alphonse Mbinga Mutumosi, résidant au quartier Kwenge n°17/B, commune de Matete. L’homme, un ancien vendeur de carburants, s’est converti dans le cambriolage des dépôts, une activité criminelle qui lui rapporterait de gros butins.

            Soumis à un interrogatoire serré, le cambrioleur est passé aux aveux, reconnaissant être le commanditaire du vol du dépôt de la 18 ème rue Limete. Non seulement il a trahi ses complices, les agents de l’ordre, mais a guidé les limiers de la Police criminelle vers les receleurs. Cette opération a permis la récupération du moteur hors bord Mercury, et un lot des pneumatiques dont il ne reconnaît que huit pièces.

            L’on sait que l’enquête continue, afin de repertorier d’autres cambriolages commis par «Cinq mètres» dans la ville de Kinshasa, mais aussi identifier les autres victimes.

                                                                                                             J.R.T. 

Leave a Reply