Le CWB souffle sur ses 25 bougies

L’Administrateur Délégué de l’Association pour la Promotion et la Formation à l’Etranger (APEFE) et Administrateur Général de Wallonie Bruxelles Internationale, Philippe Suinen, qui est en visite de travail en RDC, a animé une conférence de presse le lundi 27 septembre 2010 au Centre Wallonie-Bruxelles. Il avait à ses côtés la déléguée du CWB, Catherine Brahy.

            Sa présence est liée à la célébration  du 25 ème anniversaire du CWB. Entre-temps, l’APEFE souffle sur ses 10 bougies.

Le bilan du CWB est globalement positif, a fait remarquer Philippe Suinen. En somme, il a prouvé sa fidélité et présence en RDC. Il est présent dans les domaines de la formation professionnelle, de l’éducation, de la création culturelle, du développement économique…

            S’agissant de l’éducation, les interventions se situent en amont. En raison du nombre et de l’expertise des enseignants congolais, les Belges se contentent du rôle de conseillers. L’Etat congolais, lui, s’occupe de la qualité de l’enseignement. 

Dans le cadre de l’aide au développement,  il a fait état d’un financement de l’Union Européenne en faveur de notre pays. Un projet de pêche industrielle au Bandundu a été confié à la Belgique. 

            Dans le domaine des affaires, la RDC peut compter sur la Belgique.  En sa qualité d’Administrateur général de l’Agence wallonne des exportations, il promet le soutien de son pays et de ses compatriotes hommes d’affaires à la relance de notre économie par le biais des investissements.

            Dans le secteur culturel, Philippe Suinen, relayé par moments par Catherine Brahy, a parlé de la création du « Club culturel ». L’Administrateur délégué de l’APEFE a dit toute sa joie pour le choix porté sur la RDC en ce qui concerne l’organisation de la Francophonie en 2012.

 Catherine Brahy a indiqué comprendre le souci des Congolais de voir les partenaires extérieurs s’intéresser de près à l’édition des ouvrages congolais. Un des problèmes majeurs à l’épanouissement du secteur du livre est celui de la fiscalisation. Les libraires ont de la peine à faire venir les livres en RDC. L’Etat ferait mieux de défiscaliser le livre.

            Prié de parler des difficultés des entrepreneurs belges chez nous, Philippe Suinen a relevé que certaines décisions individuelles nuisent à l’intérêt général. Ce qui est important, c’est la sécurité des affaires. Les potentiels investisseurs ont besoin d’être sécurisés en matière de statut, de régime fiscal des entreprises.

 Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply