Le coup de pouce de Paris à Kinshasa

La France a l’intention d’inscrire la République Démocratique du Congo sur une liste des pays émergents, afin de lui permettre de bénéficier d’un soutien financier au titre de la facilitation financière. C’est l’annonce faite hier au Premier ministre congolais, Adolphe Muzito, par Marie Idrac, Secrétaire d’Etat française chargée du Commerce Extérieur auprès de la Ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, lors de leurs entretiens ayant eu pour cadre l’Hôtel du gouvernement. On retient qu’au cours de cette rencontre, les deux interlocuteurs ont discuté particulièrement des projets intégrateurs de développement dans la Région des Grands Lacs, de l’amélioration du climat des affaires et des investissements français sur le territoire congolais.

Marie Idrac a également révélé au Premier ministre congolais l’organisation, le 30 mai 2010, de la réunion France-Afrique. Les Chefs d’Etat d’Afrique et les donateurs saisiront cette opportunité pour  échanger sur les voies et moyens de relancer l’économie du continent. Une lettre du président Nicolas Sarkozy adressée à son homologue congolais, Joseph Kabila, et qui a été remise séance tenante au Premier ministre Muzito, est très explicite à ce sujet.

On apprend qu’en marge de leur tête à tête, Muzito et  Marie Idrac ont élargi la discussion à quelques chefs d’entreprises françaises et  ministres du gouvernement congolais, notamment ceux de l’Industrie, des Mines, de l’Environnement, de l’Energie et des Finances. Les investissements français et les perspectives économiques de la RDC étaient au centre  de leurs débats.

Les uns et les autres ont convenu, pour l’essentiel, que l’amélioration de l’environnement juridique des affaires est un des préalables au retour massif des capitaux privés dans les rouages de l’économie congolaise. Adolphe Muzito a réaffirmé la volonté du président Kabila et du gouvernement congolais de ne rien ménager pour sécuriser tous les investisseurs, nationaux comme étrangers.

A cet effet, une ordonnance présidentielle marquant l’adhésion de notre pays au Traité Ohada sera publiée prochainement et le Code des marchés publics finalisé. On a compté, dans le lot des firmes représentées à cette réunion LAFARGE, BOLORE, AREVA, ADPE, ALSTOM et GEMALTO.

Leave a Reply