Le corps d’un prisonnier disparu à Makala : la FBCP exige une enquête

Centre-Penitentiaire-Makala (1)La Fondation Bill Clinton pour la Paix (FBCP) une organisation de défense des droits humains, d’éducation démocratique et de promotion de la paix à travers le monde, est montée au créneau. Elle exige une enquête autour de la disparition du corps du détenu Tshibasu Shaumba, détaché à la police criminelle du camp Lufungula. Mort survenue aux environs de 22 heures à Makala, le 25 octobre dernier. Son corps est introuvable jusqu’à présent dans les morgues de l’hôpital Sanatorium de Selembao où il était censé se trouver. La FBCP demande que le corps du disparu soit restitué à sa famille pour qu’elle puisse faire le deuil et qu’elle soit dédommagée par l’Etat.Car il est mort comme un prévenu.

La FBCP est également inquiète du sort de plus de 3.500 détenus et prisonniers de Makala  (CPRK), particulièrement ceux des pavillons 3,4 et 11 dont les toitures viennent de s’écrouler le 27 octobre 2013. Elle demande aux autorités politiques et administratives d’intervenir avec diligence pour la réhabilitation des prisons de la RDC qui sont en état de délabrement très avancé et de surpopulation. Elle exige l’amélioration des conditions d’incarcération.

Pour la  FBCP c’est à cause de cet état de délabrement très avancé des prisons à Makala deux prisonniers répondant aux noms de Lukusa et Bakatufikila sont dans un état très critique, sans moyens d’être transférés dans des institutions hospitalières appropriées pour des soins. Ils risquent de connaitre le même sort que le sous-lieutenant Tshibasu.

            Le défunt Tshibasu faisait partie des 13 détenus de Makala accusés, sans preuves en complicité avec le président de la démocratie chrétienne, Diomi Ndongala d’appartenir au groupe des civils, policiers et militaires voulant attenter à la vie du président de la République et de celle du premier ministre.

La FBCP demande l’accélération des procédures judiciaires qui sont très lent surtout dans les juridictions militaires et exige l’application immédiate de l’amnistie générale et la grâce présidentielle telles que prévues par la loi.

Murka

Leave a Reply