Le Centre agronomique vétérinaire et tropical de Kinshasa dans la bataille de la sécurité alimentaire

Mis sur pied en 2003 pour renforcer les capacités techniques  des  agriculteurs  et  éleveurs congolais  et  les aider à s’impliquer davantage dans la recherche appliquée,  le Centre Agronomique et Vétérinaire Tropical de Kinshasa « CAVTK » a fêté ses dix ans d’existence lundi 17 février 2014 au Centre Wallonie Bruxelles « CWB ». Le Secrétariat à la Coopération Internationale s’est fait représenter par Luc Madinda.  Au programme : le bilan et la carte postale du CATVK, la présentation des appendices de cette asbl…

Représentant le PCA empêché, docteur Lemba  a affirmé que  le  CATVK est né de la volonté commune des ministères de l’Agriculture de la région wallonne  et de la RDC. Ceci pour servir d’interface entre l’Etat congolais et les paysans. Pour mieux jouer son rôle, l’asbl citée s’est tournée vers des partenaires comme le CWB, les universités de Liège, de Louvain,  l’UPN ;  la FAO….

On a retenu de l’exposé du professeur Claude  Bragard de l’Université de Louvain  que  l’action  du CAVTK  repose sur des piliers suivants : l’économie rurale,  la nutrition et la santé animale, la phytopathologie avec le concept de la clinique des plantes,  le mini élevage.

Le CAVTK milite pour une interaction entre l’université et le travail sur terrain. Les  chercheurs proposent des solutions aux préoccupations des fermiers, éleveurs, agriculteurs…..

François Matala, secrétaire général du CAVTK s’est appesanti sur les actions réalisées par l’asbl ces dernières années.

Le CAVTK a  comme missions : proposer des schémas performants d’amélioration de la production, trouver des systèmes susceptibles d’apporter des solutions pour améliorer la qualité de « matériel » animal et végétal…..

Dans le domaine de l’aviculture, il  est revenu sur la maladie de Newcastle  et la  campagne de vaccination qui a  été faite  dans le district des Cataractes  et au Maniema pour éradiquer cette épidémie dans ces coins du pays.  Cette campagne  s’étendra à d’autres provinces. Le CAVTK s’est également intéressé aux maladies qui attaquent les bananiers et la mosaïque de manioc.

Lyna Mukwafama, responsable de la Clinique des plantes,  s’est attardée sur le fonctionnement de cet appendice du CAVTK ,  de la surveillance des problèmes à caractère phytosanitaire…..

Papy Nsevolo a parlé de l’entomoculture. Expliquant la nécessité qu’il y a à consommer les insectes car elles sont très riches en proteines et sont à la portée de toutes les bourses.

Le secteur de l’agriculture, a fait savoir la déléguée du CWB,   Kathryn Brahy,  est désormais reconnu comme l’un des piliers de la réduction de la pauvreté.

L’insécurité alimentaire est une chose, l’importation des denrées alimentaires en est une autre et toutes deux sont la preuve  que toute activité encourageant la production  au niveau local  et visant l’autosuffisance alimentaire  est la plus urgente des priorités, a-t-elle ajouté.

C’est dans cet esprit que Wallonie Bruxelles  accompagne depuis ne décennie la dynamique  de collaboration scientifique  et technique  entre l’Université  de Kinshasa d’une part et d’autre part  la Faculté Universitaire  des Sciences Agronomiques de Gembloux, la Faculté de Médecine Vétérinaire de Liège…

            Représentant son supérieur hiérarchique empêché, Luc Madinda a  relevé l’intérêt que le ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale accorde au CAVTK.

Il a promis de défendre ses pairs vont défendre cette asbl lors de la tenue de la commission mixte qui se tiendra en octobre 2014 en Belgique.

       Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply