Le CEEC et la CENAREF

Les plaintes incessantes des responsables du Centre d’évaluation et d’expertise des substances précieuses et semi-précieuses au sujet des exportations frauduleuses du diamant, de l’or, et d’autres matières précieuses congolaises, vont trouver dans un prochain avenir, une solution définitive. C’est dans ce cadre qu’il faudrait situer la séance de travail intervenue mardi dernier, entre l’ADGA du CEEC, Maître Pascal Nyembo Muyumba, et le Coordonnateur de la Cellule nationale des renseignements financiers, le 1 er AGR Kashala Kaba Katuala.
Cette réunion, comme il faudrait le souligner, a permis au numéro deux du CEEC et au coordonnateur de la CENAREF d’échanger des informations sur la fraude minière dont l’ampleur a été maintes fois stigmatisée par les ONGs internationales spécialisées dans la lutte contre le pillage et le trafic des ressources naturelles.

Au moment où le CEEC est déterminé à apporter une contribution plus importante au Trésor public, l’ADGA qui est le coordonnateur de la Commission interministérielle de lutte contre la fraude minière, n’a pas manqué d’évoquer des statistiques qui donnent certains pays frontaliers de la RDC, grands exportateurs des substances précieuses et semi-précieuses qu’ils ne produisent pas sur leur sol.
Heureusement, avec les Nouvelles technologies de l’information et de la communication, un flux important d’informations circule sur le net et dans les médias occidentaux, au point que notre pays doit saisir ces canaux pour tenter de suivre l’évolution de ce commerce de la fraude qui cause un manque à gagner important au Trésor public. C’est ainsi qu’avec le concours de la Cellule nationale des renseignements financiers, qui est un instrument de lutte contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme, la criminalité transfrontalière et autres trafics de diamant du sang, le CEEC pourra accroître son réseau d’informations et renforcer la surveillance dans la traçabilité des flux matières de la production jusqu’à l’exportation.
L’ADGA du CEEC et le coordonnateur de la CENAREF ont convenu de mettre sur pied des stratégies communes pour échanger des informations qui permettront au CEEC, de rapatrier au bénéfice du Trésor public, les recettes provenant des exportations frauduleuses des minerais congolais.


Pour la matérialisation de ce projet appelé à renflouer les caisses de l’Etat et à endiguer la fraude minière, Maître Pascal Nyembo et le 1er AGR Kashala Kaba Katuala, ont décidé de multiplier des réunions de ces deux structures, afin de mettre sur pied les mécanismes de collaboration.
L’on sait que Me Pascal Nyembo Muyumba, coordonnateur national de la Commission interministérielle de lutte contre la fraude minière, qui depuis sa prise de fonctions à la tête de cet organe-conseil du gouvernement, veut faire de l’éradication de la fraude des diamants, de l’or et du coltan, son cheval de bataille, multiplie des contacts avec les structures correspondantes des pays membres du Processus de Kimberley à travers le monde. En effet, c’est grâce à cette toile, croit-on savoir, que le CEEC pourra disposer d’un regard plus large et plus orienté vers tous les réseaux africains et internationaux de contrebande des diamants congolais. Et la CENAREF qui est branchée sur de nombreuses structures ne peut être qu’utile dans cette vaste entreprise et concourir pour non seulement la surveillance de la vente des minerais de la fraude, mais aussi pour la récupération et le rapatriement des fruits de ces exportations frauduleuses qui échappent au ministère des Mines.


J.R.T.

Leave a Reply