Le bilan à mi-parcours du Programme Gouvernance jugé positif, mais…

Le bilan à mi-parcours du programme gouvernance 2008- 2012 a été jugé positif lors d’une réunion d’évaluation de son comité technique de coordination, tenue le jeudi 25 mars 2010 au Cercle français de Kinshasa. « Cependant, le gouvernement congolais et ses partenaires ont estimé impérieux de renforcer plusieurs secteurs pris en compte par ce programme en procédant à l’immersion des experts dans certaines structures », a déclaré au journal le Phare le team leader de l’unité gouvernance du PNUD, Karounga Keita.

Malgré le fait que la réunion était à huis clos, les partenaires prenant part au comité technique de coordination étaient d’accord sur son ordre du jour. Abordés pendant les travaux,  le directeur de cabinet adjoint du Premier ministre et coordonnateur de cette structure, le professeur Jean- Claude Mashini a déclaré à la presse que « pour le gouvernement, c’était une réunion d’étape des activités du programme. Nous faisons une évaluation du programme à mi-parcours pour nous assurer de sa bonne marche et s’il y a des problèmes, remettre le programme sur le rail afin qu’il réponde secteur par secteur à tous les besoins de la population. »

Le team leader de l’unité gouvernance du PNUD, Karounga Keita, a indiqué que « c’était une réunion ouverte à toutes parties prenantes, y compris les bénéficiaires et les bailleurs des fonds, pour passer en revue toutes les questions soulevées par le programme en vue de leur ajustement. » 
« Nous sommes là pour un amendement au programme. Nous avons des discussions en vue de retracer le programme initial et le recadrer afin de pouvoir obtenir des résultats positifs et concrets dans deux ans en collaboration avec toutes les parties prenantes », a déclaré Stevens Ivan, le directeur général de l’Association internationale for business (AFIB), une structure qui aide dans tous les aspects les investisseurs étrangers à s’établir en Rd Congo. 

Rappelons que le programme gouvernance liant le gouvernement congolais et ses partenaires et ayant une durée de cinq ans allant de 2008 à 2012 est articulé autour de cinq piliers, à savoir les composantes administrative, économique, judiciaire et sécuritaire, locale et politique. Ce programme a trois mécanismes de pilotage et de suivi. Au niveau politique, il y a le Comité national de pilotage présidé par le Premier ministre et constitué des ministres, des représentants des institutions nationales et des partenaires extérieurs. Ensuite, au niveau technique, il y a le Comité technique de coordination présidé par un représentant du premier ministre et composé des représentants des institutions bénéficiaires, des partenaires techniques et financiers. Enfin, au niveau sectoriel, il y a le comité de suivi des volets dirigé par le ministère ou l’institution de tutelle.

Jean-René Bompolonga

Leave a Reply