L’An 1 à la tête du Bas-Congo : Jacques Mbadu pour la consolidation de la cohésion provinciale

Jacques-MbaduPour ne pas être accusé de faire un procès contre ses prédécesseurs, Jacques MBADU  s’est alors intéressé à présenter le bilan de son mandat d’une année à travers le rapport de gestion et les résultats obtenus, particulièrement au sujet de ses cinq piliers qui constituent le socle de son programme d’actions présentés devant l’assemblée provinciale lors de son discours d’investiture au mois d’avril de l’année dernière. Au cours de cette conférence de presse tenue le mercredi de la semaine passée dans la cour de la résidence officielle, Jacques MBADU a tout de même signalé que l’exercice 2012 s’était soldé par un déficit de l’ordre de cinq milliards des francs congolais dans les comptes de la province et 7 milliards des Francs Congolais de dettes auprès des banques commerciales privées. En procédant à la reddition des comptes, l’on a retracé comment l’on a récolté et dépensé les recettes réalisées. C’est ainsi que l’administration actuelle a trouvé certaines dépenses engagées, liquidées ordonnancées mais non payées, raison pour laquelle il existe de nombreux procès dans les cours et tribunaux à charge de la province. A cela, il faut ajouter la somme des deux milliards des Francs Congolais comme frais d’indemnités de sortie.

Thérapeutique de choc 

             Au de se plaindre ou de se répandre en jérémiades, l’actuelle administration a plutôt mis en place une thérapeutique de choc à deux niveaux. Tout d’abord par l’assainissement de l’environnement dans le milieu du travail, notamment procéder à la suppression des services budgétivores qui consommaient toutes les recettes sans en produire. Un personnel évalué à cinq mille agents. Ensuite, a indiqué Jacques MBADU, l’on a mis en place certains services pour concourir à la bonne gestion des finances publiques. Notamment, la création d’une commission provinciale de passation des marchés, la restructuration de la Régie Provinciale d’Encadrement et de Recouvrement des recettes ou REPERE. Enfin, pour retrouver la confiance des banques commerciales privées, l’administration actuelle s’est engagée à rembourser toutes les dettes contractées par ses prédécesseurs en vue d’honorer le principe de la continuité des services            de l’Etat. Quant aux différents créanciers, l’équipe de Jacques MBADU a indiqué que ne seront prises en compte que les créances qui ont été engagées et certifiées suivant les procédures mises en place et déclarées dans les états financiers déposés à l’administration fiscale au plus tard le 31 mars de l’exercice budgétaire. En définitive, grâce aux efforts fournis dans ce domaine des opérations d’assainissement des finances publiques de la province, l’exercice budgétaire de l’année 2013 s’est clôturé par un boni de 3 milliards des francs Congolais. Avec les appréciations de la Cour des Comptes pour cette opération financière jamais réalisée auparavant, s’est vanté Jacques MBADU. Etant donné que le budget de l’exercice 2013 a été élaboré selon les règles classiques de la loi des finances publiques en tenant compte de tous les éléments retenus dans le budget de l’Etat central.

Résultats atteints en un an : les cinq piliers de Jacques Mbadu  

            Nul n’est prophète chez lui et Jacques MBADU s’est bien gardé de rappeler à l’assistance que bien avant les concertations nationales convoquées par le chef de l’Etat, il avait placé son mandat sur la recherche et le renforcement de la cohésion provinciale. Un programme qui s’est d’abord manifesté avec la nomination des membres de son gouvernement dont chacun représente l’un des dix territoires de la province. Ensuite, il a mis en place une cellule de cohésion provinciale et un projet d’un édit sera présenté à l’assemblée provinciale pour la création du Conseil Consultatif regroupant toutes les sensibilités politiques, confessionnelles, socio-culturelles pour des concertations régulières. En attendant, Jacques MBADU a vanté quelques cas de cohésion provinciale dont les manifestations grandioses organisées à travers tous les dix territoires de la province et auxquelles ont assisté toutes les sensibilités sociopolitiques de la province à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la mort du tout premier chef de l’Etat du Congo indépendant, en l’occurrence feu Joseph KASAVUBU. Il y a ensuite à Kisantu, une grande messe d’actions des grâces à l’occasion de l’anniversaire de la mort de feu Edmond NZEZA Nlandu, l’un des membres fondateurs de l’ABAKO et délégués à la Table Ronde Politique de Bruxelles. Toutes les sensibilités sociopolitiques y ont pris part, dont M. Atou MALUBWANGA, vice-gouverneur de la province du Bas-Congo.

            Le chantier de la Bonne Gouvernance qui constitue l’un des cinq piliers du programme de l’actuelle administration concerne plusieurs secteurs de la vie de la province. Pour l’agriculture, grâce à un financement octroyé par le gouvernement central, l’on va se battre pour améliorer les semences en vue d’atteindre la production attendue des 12.000 tonnes des vivres tels que l’arachide, le maïs, le riz, la pomme de terre, le haricot, les patates douces, le manioc, etc. Pour le développement rural, le gouvernement provincial a déjà livré cinq gros véhicules de forage pouvant atteindre plus de 300 mètres dans le sous-sol pour puiser de l’eau potable au profit des populations rurales.

La RDC bénéficie des dons non remboursables de la Banque Mondiale

Pour tordre le cou aux bobards de mauvais aloi répandus par certains acteurs politiques en mal de gloriole, Jacques MBADU a confirmé que tout ce que la banque Mondiale a déjà octroyé comme financement à la RDC ne représente que des dons non remboursables. Notamment les financements fournis à la SNEL et à la REGIDESO. Comme le pays a remboursé toutes les dettes extérieures, il a été élu comme un pays pouvant bénéficier des dons non remboursables. C’est ainsi que la REGIDESO bénéficie d’un financement de l’ordre de 20 millions des dollars Us pour l’installation par la société SOUZA Pedro des tuyauteries d’eau devant relier l’usine de réservoir d’eau de Soyo vers celle de traitement d’eau de Mpozo. L’actuelle administration a payé 250.000 dollars Us pour que la Banque Mondiale octroie des dons en faveur du programme d’adduction d’eau potable pour 5.000 ménages de Matadi au moment où Kinshasa et Lubumbashi ont vu leurs financements tombés caducs faute d’engagement vis-à-vis de la Banque Mondiale.

En ce qui concerne l’électricité, le gouvernement provincial a acquis 43 transformateurs dont 23 pour les villes de Matadi et Boma réduisant de façon visible le système odieux de délestage. Le reste des transformateurs seront expédiés sous peu vers d’autres cités et localités de la province, notamment Kisantu, Kasangulu, Moanda, Mbanza Ngungu, Songololo, etc.

            En ce qui concerne le sous-sol, la province dispose du cuivre,  manganèse, asphalte, le sable fin. C’est ainsi que l’on prévoit l’érection d’une usine d’exploitation du sable à Materme ainsi que l’usine de production d’asphalte avec 500 emplois directs et productifs. Dans le territoire de Mbanza Ngungu, l’exploitation du cuivre, dont la teneur est très forte, sera opérationnelle d’ici peu en commençant par l’utilisation des fours artisanaux pour encourager les emplois au niveau des populations rurales.

            Le secteur de l’emploi offre des possibilités indéniables. Il y a d’abord la REPERE ou la Régie Provinciale d’Encadrement et de Recouvrement des Recettes avec 250 postes à pourvoir après le concours préliminaire. Il y a ensuite les deux usines de Boma avec 500 emplois, la nouvelle cimenterie de Tsamba avec 350 postes. 2.500 emplois sont prévus par le projet de la construction de la route Matadi-Boma grâce à un financement du gouvernement japonais de  l’ordre de 52 millions des dollars Us. Les 2/3 du don de 110 millions des dollars Us du gouvernement central serviront à la province du Bas-Congo pour le secteur de l’agriculture avec la possibilité de créer 11.000 emplois à travers les dix territoires.

Santé, Routes, stades et écoles

Le 4ème pilier concerne l’accès aux secteurs sociaux de base. Notamment la Santé où l’on note la livraison par l’administration actuelle de 19 véhicules et 20 motos aux différents centres de santé en plus des équipements médicaux complets avec des blocs opératoires. C’est ainsi que des épidémies comme le choléra, la fièvre typhoïde et la rage canine viennent d’être éradiquées à travers la Bas-Congo. Deux campagnes de vaccination ont été réalisées grâce à l’intervention du gouvernement provincial et en partenariat avec la Banque Mondiale, 9 Jeeps, des kits complets informatiques et des lots importants des médicaments ont été remis aux différents centres de santé.

            Le secteur de l’éducation a bénéficié de la construction des 28 nouvelles écoles en matériaux durables depuis notre avènement à la tête de cette province, a indiqué Jacques MBADU. Il y a aussi 11.000 tôles galvanisées distribuées aux différentes écoles de la province ainsi que les 133.000 manuels scolaires et 18.000 dictionnaires, dons du Président de la République. L’exécutif provincial est intervenu avec succès pour la réfection du lycée de Mbanza Ngungu, victime d’un incendie. Quant aux Sports et loisirs, l’actuelle administration compte dans un premier temps doter les deux villes principales, notamment Matadi et Boma, de deux grands stades omnisports, car c’est par là qu’arrivent les investisseurs. L’un à Matadi dénommé Stade Lumumba qui va accueillir 25.000 spectateurs assis, en plus des vestiaires, du centre médical, des parkings modernes. Celui de Boma portera le nom du premier chef de l’Etat du Congo indépendant et qui est en pleine construction aura une aire de jeu de dimension du stade des Martyrs en plus d’autres installations modernes à l’instar d’autres stades omnisports et va accueillir 27.000 places.

            Quant au cinquième pilier de l’Environnement, il y a lieu de retenir les chantiers routiers dont celui ayant réduit de quatre à deux heures la distance entre Matadi et Boma et ce, grâce aux efforts de l’actuelle administration. A noter aussi l’aménagement des routes entre Materme et Tshela, la déviation vers le poste frontalier de Lufu, la route de Muanda. Sur les 1.000, 650 et 1.100 mètres de bétonnage à Boma, il ne reste plus que 100 mètres sur les avenues Mbangu menant vers la Nationale N° 1, Mgr Ndudi et des Casernes conduisant vers l’Archevêché. A Matadi, les travaux de bétonnage des avenues AMICONGO et Assemblée Provinciale sont en voie de finition tout comme la réhabilitation des 3 kms de la route allant vers l’aéroport de Tshimpi. A Kisantu, la route menant vers la célèbre Cathédrale est en pleine construction.

F.M. (Envoyé spécial à Boma et Matadi)     

One Comment

  1. je vous félicite notre gouverneur messieurs MBADU pour ton travail de notre provinces du Bas Congo
    Merci que Dieu vous bénis
    je suis de la ville de Boma

Leave a Reply