Pour l’amélioration de la qualité de l’Enseignement : les parents placés devant leurs responsabilités

Les parents d’élèves sont classés parmi les premiers partenaires de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.) parce que ce sont eux qui fournissent au gouvernement et aux écoles des élèves ; sans lesquels ce secteur n’aura aucun sens. Conscient de cette importance, Maker MwanguFamba, ministre de l’EPSP, par son arrêté n° MINEPSP/SG/80/3828/2011, leur a donné d’énormes responsabilités dans la gestion et le fonctionnement des écoles de leurs enfants et leur a permis d’avoir trois membres dans le Conseil de  gestion de chaque école, en lieu et place d’un seul délégué auparavant. Et la durée du mandat d’un comité scolaire des parents dépend désormais des statuts des associations (Anapeco, Apec, Apes, Apep, Apeki, Apeci, etc…).

            En outre, il a placé cette année scolaire 2014-2015, sous le  signe de l’amélioration de la qualité de l’Enseignement dans le secteur  de l’EPSP tout en plaçant aussi les partenaires éducatifs devant leurs responsabilités. Il en est de même pour les parents. Le calendrier scolaire 2014-2015 a prévu des dispositions pratiques de collaboration avec les parents en fixant deux dates pour la tenue des assemblées générales des parents pour le dimanche 05 octobre 2014 et dimanche 10 mai 2015. Celle du 05 octobre 2014 a eu lieu dans presque toutes les écoles et n’était pas essentiellement élective, contrairement à ce que d’aucuns auraient pensé. Elle n’était élective que dans les écoles où le Comité des parents d’élèves était fin mandat.

            Mettant en pratique la sagesse qui dit que la confiance n’exclut pas le contrôle, le directeur provincial de l’EPSP/KIN-Ouest, Fabien Buetutelamio est descendu dans plusieurs écoles, non seulement le dimanche 05 octobre 2014, mais également le lendemain pour s’assurer du respect des instructions officielles édictées par la hiérarchie. Il a constaté, à cette occasion la participation massive des parents à ces assemblées générales.                                                       Une grande innovation a aussi caractérisé ces assemblées des parents : les débats n’étaient plus focalisés uniquement sur les frais scolaires, le contrôle des cotisations, la caisse ou les élections des membres du comité, mais surtout sur le rôle que chaque parent se doit de jouer en toute circonstance pour contribuer à l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans l’école où étudie son enfant, cela en conformité avec les instructions ministérielles. A ce sujet et pour épargner aux parents des longues discussions, l’Hôtel de Ville de Kinshasa a fixé d’autorité les frais scolaires et aucun gestionnaire d’école ou comité de parents n’a le droit d’y déroger.

Des exposés pour conscientiser les parents sur leurs responsabilités vis-à-vis de l’école

            A ce sujet, plusieurs thèmes en rapports avec l’apport des parents sur l’amélioration de la qualité de l’enseignement ont été développés par les parents ou des personnes extérieures qui avaient une meilleure maîtrise du sujet. On pourra noter à ce sujet, quelques exemples thèmes : l’influence des parents et leur apport dans le construction du savoir à travers les travaux à domicile (devoirs) ; l’impact de l’encadrement à domicile des élèves dans l’accroissement de rendement scolaire de l’élève ; pourquoi les enfants aiment voir les parents venir à l’école ; les manuels scolaires à la maison : outils de base pour  renforcer les acquis des élèves.

            Devant ces innovations, Fabien Buetutelamio a remercié le ministre de l’EPSP, initiateur de ces changements en faveur de l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Il a noté la proposition d’un parent  qui  a suggéré qu’il y ait aussi dans chaque école une salle réservée aux parents comme il y en est pour  les professeurs.

SAKAZ

Leave a Reply