L’Allemagne décidée à accompagner le développement économique de la RDC

Pour amorcer sa vitesse de croisière, afin d’atteindre dans les décennies à venir le cap des pays émergents, la locomotive du développement socio-économique de la RDC a besoin des équipements pour implanter son parc industriel dans toutes les provinces. Mais aussi des investissements directs étrangers, ainsi que de gros financements. Tel est le nouveau credo des autorités gouvernementales congolaises.

         Invité à Berlin, au Forum Allemagne – Afrique qui s’est tenu du 11 au 12 septembre 2014, dans la capitale politique allemande, le Premier ministre congolais Augustin MatataPonyo ne pouvait pas rater cette occasion, pour décliner la volonté du chef de l’Etat Joseph Kabila de poursuivre la grande entreprise de bâtir le développement de la RDC. Volonté que le gouvernement congolais matérialise à travers plusieurs chantiers de reconstruction dans les divers domaines, notamment l’agriculture, l’énergie, les mines, le bois, et l’exploitation gazière et pétrolière. La RDC qui est devenue un vaste chantier, s’est également lancée dans la construction des infrastructures routières, socle des échanges économiques interprovinciaux et du développement des provinces considérées comme des centres pourvoyeurs de matières premières.

         Augustin Matata a dévoilé d’abord les efforts déployés par l’exécutif congolais à travers plusieurs réformes qui ont permis de garantir la stabilité du cadre macro-économique dont le tableau de bord affiche que plusieurs cadrans sont au vert. Il a cité entre autres la croissance qui se maintient depuis 4 ans, autour d’une moyenne de 7 %. A fin 2013, le taux de croissance avait franchi la barre de 8,5 %. Il demeure le taux de croissance le plus élevé de la RDC depuis 1970.

         Pour le Premier ministre congolais satisfait de dévoiler ces performances, les projections du FMI situent cette croissance à 9 % en 2014. Un seuil qui montre que le développement du pays est sur la bonne voie et qu’il est important de poursuivre les efforts de redressement pour espérer atteindre l’objectif de pays émergeant à l’horizon 2030.

Augustin Matata s’est également réjoui de livrer d’autres résultats positifs obtenus au bout de la somme des réformes longues et douloureuses. Comme la baisse du taux d’inflation, aujourd’hui maîtrisée, avec la stabilité de la monnaie nationale, le Franc congolais, par rapport aux devises étrangères. De quoi rassurer les investisseurs présents à ce Forum sur la capacité de la RDC de tisser de relations économiques avec l’Allemagne sur des bases économiques saines.

         C’est dire que le message du Premier ministre a suscité l’engouement des hommes d’affaires allemands soucieux d’étendre les activités de leurs entreprises sur le continent africain, en prenant pour point de départ ou de transit, la RDC.

         L’homme d’Etat congolais a d’autre part évoqué les avancées majeures engrangées sur le plan de l’amélioration du climat des affaires, reconnaissant que les efforts devront se poursuivre, afin d’évacuer les pesanteurs qui alourdissent encore la machine.

Le Premier ministre congolais a su susciter un vif intérêt sur la RDC

Au cours de ses entretiens avec le Premier ministre Augustin Matata, le conseiller diplomatique d’Angela Merkel, un des officiels allemands, a fait savoir à son hôte la préoccupation de l’Allemagne de resserrer les liens économiques et commerciaux avec la RDC, en participant au développement de la production agricole, minière, et pétrolière. L’Allemagne souhaiterait garantir surtout ses approvisionnements en produits miniers et autres provenant de la RDC qui s’affiche comme un scandale géologique et minier.

MatataPonyo ne pouvait que plaider pour le renforcement du partenariat gagnant-gagnant, tout en insistant sur le développement durable, la préservation et le respect de l’environnement.

         D’autres interlocuteurs du Premier ministre congolais, tels que les hauts fonctionnaires et autres membres du Bundestag, le parlement allemand et  des délégués du patronat allemand, ont souligné la détermination de l’Allemagne à accompagner la RDC et les pays africains, dans leur développement, à l’image de sa reconstruction après la Seconde guerre mondiale.

         Avec ce vent du renouveau qui a soufflé sur les relations germano-congolaises après les discours des officiels congolais et allemands, et leurs entretiens, lors du Forum Allemagne – Afrique, l’on croit savoir que l’Allemagne entend jouer sa partition dans l’effort du développement socio-économique de l’Afrique.

JRT

Leave a Reply