L’Agence belge de développement au secours des structures de santé de la Lukaya

Quelques structures sanitaires de la zone de santé du district de la Lukaya, jadis prospères, étaient devenues, il y a peu, l’ombre d’elles-mêmes. Non seulement, elles continuaient à accueillir un personnel médical démotivé, blasé et prêt à se faire embaucher ailleurs, mais n’inspiraient pas confiance aux malades qui n’espéraient plus y trouver guérison. A la base de ce désintéressement, l’état de délabrement avancé des bâtiments, la vétusté du matériel médico-chirurgical non renouvelé depuis des décennies, la carence des médicaments et le découragement manifeste des infirmiers.

Depuis la semaine passée, un miracle a été réalisé. En effet, grâce à un financement de la Coopération technique belge de l’ordre de 9,8 millions de dollars, le bloc médico-technique et le pavillon de la pédiatrie de l’hôpital général de référence Saint Luc de Kisantu, viennent d’être réhabilitées et remises aux autorités sanitaires du Bas-Congo.

Comportant en son sein trois salles d’opération, des salles d’urgences, de soins intensifs, un laboratoire moderne et un service d’imagerie médicale, le bloc médico-technique de Kisantu peut assurer simultanément trois interventions chirurgicales.

Il en est de même d’autres structures sanitaires et la population bénéficiaire de la province du Bas-Congo a poussé un ouf de soulagement en assistant à l’inauguration des bâtiments tout neufs des zones de santé  de Kikonka et Nkandu. Elle a apprécié la qualité des ouvrages réalisés qui redonnent confiance aux populations riveraines. Un paysan de Kikonka comblé a même laissé échapper son émotion en indiquant qu’aujourd’hui, on peut tomber malade, mais on est sûr de guérir et de reprendre en bonne santé ses activités.

Les zones de santé de Nselo et de Ngidinga également ciblées par la CTB, sont aujourd’hui fréquentables, offrant de services de santé de qualité aux malades de ces localités.

A l’inauguration de cette panoplie de structures de santé, retenons que la ministre provinciale de la Santé a loué l’action entreprise par la CTB en faveur du Projet d’appui au système de santé de niveaux intermédiaires et périphériques du Bas-Congo. Dr Thérèse Mambu a invité les responsables de l’ambassade de Belgique en RDC à étendre leur intervention à d’autres zones de santé qui réclament des travaux de réhabilitation ou de construction de nouveaux bâtiments. Elle a plaidé aussi pour l’intervention du Royaume de Belgique dans les domaines de l’agriculture, du développement rural, de l’éducation et de la santé, où le gouvernement provincial veut concentrer ses préoccupations. Et cela au motif que certains de ces secteurs n’étaient pas ciblés par la CTB.

L’attaché à la Coopération au développement a justifié ces choix par décision des autorités congolaises et belges qui, en 2009, avaient convenu d’axer les interventions de la coopération au développement à quelques secteurs et quelques zones de santé estimés prioritaires. Mais c’est au cours des négociations d’avril 2014, qu’un programme intérimaire de coopération a été conclu entre les deux partenaires.

Rappelant  l’historique de l’appui du Royaume de Belgique dans le secteur de santé au Bas-Congo, le représentant résident adjoint de la CTB, a indiqué qu’il remonte à 2002 avec différents projets d’une valeur totale de 27 millions de dollars dont 9,8 ont été alloués au projet Assnip du Bas-Congo. Ce financement couvre plusieurs rubriques allant des infrastructures au matériel roulant, en passant par les équipements médicaux, les médicaments, le mobilier, des frais de fonctionnement et des subventions au système de tarification forfaitaire, pour ne citer que cela.

M. de Miliano reste convaincu qu’après 12 ans d’appui au secteur de santé au Bas-Congo, le meilleur signe de gratitude de la population à la coopération belge et à la CTB, serait que cette population puisse bénéficier de soins de qualité à un prix abordable.

                            J.R.T. 

Leave a Reply