L’AETA très critique à l’endroit de la CENI : le calendrier électoral réaménagé est flottant et irréaliste

Le calendrier électoral réaménagé couvrant les élections provinciales, municipales et locales publié par la Commission  électoral nationale indépendante (CENI) en date du 06 juin 2012 revêt un caractère flottant et irréaliste. Il nécessite la stabilisation du contexte politique, juridique, financier et structurel du processus électoral en RDC. L’analyse effectuée par la plate-forme « Agir pour des élections transparentes et apaisées » (A.E.T.A.) y a cerné ces caractères qui font de ce calendrier un simple outil de gestion, de prévision et de planification des opérations électorales en lieu et place d’un outil d’exécution.
 Les conclusions de cette analyse ont été rendues publiques lors d’un point de presse animé par Jérôme Bonso, secrétaire permanent de l’AETA et président de la Linelit. C’était hier jeudi 28 juin 2012, au Grand Hôtel Kinshasa, dans la commune de la Gombe. Plusieurs activistes et experts des élections ont participé à cette rencontre.
 
Il a précisé que pour cette plate-forme, outre le fait que des nombreuses opérations prévues par ce calendrier ne révèlent encore aucune garantie de crédibilité et de transparence, l’exécution du calendrier réaménagé publié par la CENI reste inhérente à des préalables essentiels pour la reconstruction de la confiance du peuple  et de la classe politique congolaise dans le processus électoral 2011-2012. Parmi la dizaine des préalables qu’il a cités par la suite, on peut épinglé notamment la révision et la promulgation de la loi organique  modifiée et portant organisation et fonctionnement de la CENI ; la révision et la promulgation de la loi électorale ; la  création d’une Cour constitutionnelle et la réforme de la Cour  Suprême de Justice ; la réforme du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) ; l’audit institutionnel du travail antérieur de la CENI pouvant déboucher sur la restructuration de la CENI et l’installation des animateurs et autres personnels administratifs et techniques à tous les niveaux. 
 
Une expertise électorale éprouvée
 
Le secrétaire permanent de l’AETA a aussi cité parmi les préalables l’audit, la révision et la publication du fichier électoral et de la cartographie des centres d’enrôlement, des bureaux de vote, de dépouillement et de compilation des résultats électoraux ; la mise en place des cadres de concertations avec toutes les parties prenantes et la campagne d’éducation civique et électorale consacrée à  la restauration de la confiance et à la motivation de la population au processus électoral. Répondant à une question, Jérôme Bonso a précisé que par son travail, l’AETA reste fidèle à sa mission qui est d’assurer l’accompagnement technique du processus électoral en RDC et de faciliter le suivi-contrôle citoyen et communautaire de la gestion transparente, démocratique et apaisée dudit processus. 
Cette analyse technique appropriée et rationnelle, souligne-t-il , a permis à l’AETA, une fois de plus de jeter un regard sur cet outil de planification. Il a d’ailleurs rappelé que cette étude technique du calendrier électoral est la troisième du genre après les deux premières réalisées sur le calendrier électoral ayant conduit aux élections présidentielles et législatives du 28 novembre 2011. Par ces premières études, l’AETA avait dénoncé le caractère très contraignant du calendrier électoral et lancé l’alerte d’une crise politique qui minerait notre démocratie chèrement acquise ainsi que sa crédibilité et la transparence du processus électoral lui-même. Aujourd’hui, a-t-il conclu, tout le monde reconnaît la pertinence de ces études.
       
        SAKAZ
 

Leave a Reply