L’ACAJ renforce les capacités des moniteurs

20 moniteurs et membres de comités d’alerte viennent de bénéficier d’une formation de renforcement des capacités par l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACJ). Les susnommés  vont être déployés dans les communes des districts de Lukunga et Funa, ville de Kinshasa, pour visiter régulièrement les prisons et sensibiliser les OPJ, magistrats, agents pénitentiaires et les autorités politico-administratives sur l’amélioration des conditions de détenus et pour lutter contre la pratique de torture, indique un communiqué de presse.

Ils vont sensibiliser également les acteurs étatiques et non étatiques sur les droits fondamentaux des personnes arrêtées, gardées à vue, mise en détention préventive et condamnées. Il s’agit notamment du droit à la liberté de mouvement, droit d’être informé de la nature et de la cause de l’accusation portée contre soi, droit d’être présenté rapidement devant un juge, droit au recours pour contester la légitimité de la détention, droit de ne pas être forcé à s’avouer coupable ni à témoigner contre soi, droit d’entrer en contact avec le monde extérieur une fois détenu et droit à des conditions humaines de détention.

Selon le même communiqué, ces moniteurs visiteront 92 lieux de détention, suivront les cas de 800 détenus, distribueront 900 dépliants et 75 affiches diffusant les droits fondamentaux des détenus et les règles régissant les recours contre les détentions arbitraires et des mauvaises conditions matérielles de détention. Tous les trois mois, l’ACAJ  mènera un plaidoyer auprès des autorités centrales afin de faire améliorer les conditions de détention dans les districts de Lukunga et Funa, accompagnera sur le plan administratif et judiciaire 80 victimes des violations des droits fondamentaux.

Au bout de neuf mois, l’ACAJ organisera un atelier de plaidoyer à l’intention des acteurs étatiques afin de présenter son rapport ainsi que ses recommandations.

Muriel Kadima

Leave a Reply