L’Abbé Koko : «Nous sommes obligés de gagner le combat de Lumumba et LD Kabila»

       Le sens des combats menés par Patrice-Emery Lumumba et Mzee Laurent Désiré Kabila était au cœur de l’homélie de l’abbé Yves Koko, lundi 17 janvier 2011 à la Cathédrale Notre-Dame du Congo, à l’occasion de la journée consacrée à nos héros nationaux. Solennité marquée par la présence du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, ainsi que de nombreuses personnalités dont le Premier ministre, Adolphe Muzito, et le président de l’Assemblée nationale, Evariste Boshab, la messe a connu la participation des membres des familles biologiques de ces valeureux fils du pays.

       Dans son sermon, le prêtre a d’abord fait observer la synchronisation de ces événements, leurs assassinats survenus tous au mois de janvier, au moment où les deux personnages s’étaient assignés le même objectif : engager les Congolais dans la voie du bien, en quittant le mal. Pourtant, malgré ce passé douloureux, le Congolais développe des reflexes complexes qui le poussent à commettre des actions irrégulières, parfois irréparables. Ce comportement, a expliqué l’abbé Koko, a été superbement traduit par le musicien Papa Wemba dans sa chanson « Kaokokokorobo ». « Pour impressionner son entourage, le compatriote est prêt à casser le magasin d’autrui afin d’avoir des habits griffés et de belles voitures. Conséquence : c’est la mauvaise image qui est véhiculée tant au pays qu’à l’étranger» a illustré le religieux, précisant cependant que cette attitude est connue à Kinshasa sous la dénomination de « Influence ya coup d’œil ».

         Invitant les Congolais à faire de leur pays un paradis, abbé Koko a rappelé à l’assistance que le second héros, Laurent-Désiré Kabila, était convaincu de la valeur intrinsèque et de la capacité intellectuelle des Congolais à surmonter leurs conditions difficiles. «Ce combat pour un lendemain meilleur étant toujours d’actualité, nous sommes appelés à le poursuivre et obligés de le gagner», a-t-il conclu. D’ores et déjà, il a salué les efforts de reconstruction entrepris dans la capitale, tout en appelant à la poursuite de cette voie. Quant à eux, pasteurs et ministres de Dieu, ont promis de prier pour les autorités afin de les « réveiller ».
       A la famille biologique de Lumumba, il a demandé à sa postérité d’être fière de leur père car son discours continue à nourrir des peuples et résonne aujourd’hui encore dans nos oreilles. 

      A l’issue de cet office, l’Evêque auxiliaire de Kinshasa, Mgr Kisonga, a donné la bénédiction finale à ses hôtes, leur permettant ainsi de poursuivre leur programme avec le dépôt des gerbes de fleurs  l’Echangeur de Limete où est érigé un impressionnant monument en mémoire de de Patrice-Emery Lumumba.
Tshieke Bukasa

Leave a Reply