La VSV dénonce l’appui perfide de Paul Kagame

Plus de doute pour l’Ong « La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme » (V.S.V.) sur l’implication du Rwanda et de son président, Paul Kagame, dans le drame humain qui ne  cesse d’endeuiller l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). A l’examen des preuves exhibées aussi bien par la Monusco que par l’organisation internationale « Human Rights Watch » et par les FARDC sur l’implication du Rwanda et de son président dans ce drame, le doute n’est plus permis.
 Mais pour la VSV, il s’avère aujourd’hui et de manière irréfutable que le Rwanda, à travers les velléités expansionnistes, les intérêts économiques (exploitation illicite des ressources naturelles et autres richesses de la RDC) et la pérennisation à souhait, en RDC, de la présence des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR), est le principal soutien en terme d’hommes et de la logistique à certains groupes armés et aux mutins du Mouvement du 23 mars (M23) soutenant le général Bosco Ntaganda, accusé des crimes internationaux pour lesquels la Cour Pénal Internationale a lancé un  mandat contre lui.
Cette dénonciation du drame provoqué par des conflits de l’Est de notre pays a été faite  hier mardi, 03 juillet 2012, par Rostin Manketa, directeur exécutif adjoint de cette organisation de défense et de promotion des droits de l’homme. C’était lors d’un point de presse tenu dans une des salles de réunion du  siège de cette ong, dans la commune  de Ngaliema.  La VSV pense que le fait pour la Monusco ou mieux les Nations Unies de dénoncer le soutien du Rwanda aux mutins ne suffit pas pour amener le président Paul Kagame à la raison en vue de sauvegarder la paix, la stabilité  et  la sécurité en Afrique centrale. Le plus important serait que toute la communauté internationale éprise du respect des droits humains, du droit international humanitaire et de la stabilité et la paix dans le monde condamne sans retenue ni ambages le président rwandais et le pousse à privilégier un dialogue franc et sincère avec la RDC dont la population de l’Est reste meurtrie depuis plusieurs années.
 
Attention aux complices internes de P. Kangame
 
Pour l’orateur du jour, il convient de mettre également fin au fond de commerce consécutif à la présence des FDLR en RDC en exigeant de Paul Kagame l’ouverture d’un espace démocratique au Rwanda et d’un dialogue avec ses compatriotes FDLR qui sèment la désolation dans un pays qui n’est pas le leur. La VSV encourage les positions prises dernièrement par le gouvernement sur l’appui avéré du Rwanda aux mutins et l’encourage dans ses efforts militaire, politique et diplomatique. Mais elle attire  aussi néanmoins l’attention des autorités congolaises sur les allégations de complicité de balkanisation de la RDC à partir non seulement de Kigali mais également de Kinshasa. 
La VSV ne s’explique pas que ce soit la Monusco et Human Rights  Watch qui soient les premières à dénoncer l’appui du Rwanda aux mutins alors que notre pays, la RDC, dispose de nombreux services de sécurité civils et militaires auxquels un budget conséquent est toujours alloué chaque année. Elle pense que le manque, par la RDC, de maîtrise du contrôle des questions de sécurité à ses frontière repose avec acuité la problématique de l’échec depuis plusieurs années de la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire congolais en général et à l’Est de la RDC en particulier.
 
SAKAZ

Leave a Reply