La société civile veut recadrer ses actions dans le secteur minier

Société CivileLa deuxième conférence d’échange d’expériences et meilleures pratiques des partenaires de l’appel 003 s’est ouvert le lundi  7 avril au centre Nganda, dans la commune de Kintambo. C’est autour des organisations de la société civile subventionnées lors de l’appel à proposition 003 du Fonds société civile(FSC) de se réunir afin d’échanger sur les expériences acquises. Environ 78 participants provenant des 39 structures, reparties dans toutes les provinces minières de la RDC, entendent échanger pendant quatre jours sur leurs expériences et meilleures pratiques acquises dans l’exécution de leurs projets. Avec  comme thème « la bonne gouvernance et la recevabilité dans le secteur minier en RDC », ces projets visent, à travers l’appel 003, un changement dans la gestion du secteur minier à travers le respect des normes de bonne gouvernance et une implication des citoyens à travers la société civile. Cela étant, cette conférence est une opportunité pour les organisations de la société civile de démontrer les stratégies utilisées et les résultats obtenus grâce au financement du Fonds société civile pour la bonne gouvernance.

 C’est aussi une occasion pour le renforcement du réseau d’organisations pour la promotion de la bonne gouvernance minière en RDC. Réseau qui fonctionne  aussi à travers information @fsc-rdc.org et www.fsc-rdc.org. Tito Farias, directeur du FSC, a dans son allocution soutenu que le secteur minier de la RDC reste stratégique sur le plan mondial et demeure un grand moteur de développement  humain, social et économique pour ce pays.  Les interventions et échanges des membres de la société civile sont  importants  car ils permettront  aux bailleurs à mieux mûrir leur réflexion et mieux cibler les programmes qui exigent un appui. Dans le même ordre d’idées Claude Disasi, représentant UK AID, a justifié son appui à la société civile congolaise par le fait que à travers ce programme, la RDC offre la possibilité d’être un pays leader si la bonne gouvernance est de rigueur. Même réaction pour Boni Ndeke, représentant de Diakonia, qui a estimé que  le secteur minier est connu pour sa méthode participative ainsi que son importance capitale. Dans son mot d’ouverture de cette session d’échanges, Antoine Kasongo, recteur ai , de Christian Aid, a soutenu que  ces travaux qui s’inscrivent dans le cadre de l’appel 003 ayant trait au secteur minier  constituent une étape  cruciale, dans la mesure où les acteurs de développement ont pris le temps d’échanger sur les expériences de bonnes pratiques, des leçons apprises ainsi que les contraintes rencontrées pour la mise en œuvre. Cette étape est très capitale dans la mesure où les acteurs de développement doivent prendre le temps nécessaire pour échanger sur les acquis, s’informer sur les projets futurs, enrichir les expériences des autres.

Yves Kadima

Leave a Reply