La SCTP (ex-ONATRA) : controverse autour de 300 millions de FC

Une polémique règne depuis quelques jours au sein de la SCTP (Société commerciale des transports et des ports), ex-Onatra, autour de l’utilisation de la somme de 300 millions de Francs congolais retirés de l’agence Procredit Bank de Matadi en date du 31 mai 2012.
Après vérification des informations reçues et recoupement des sources, Le Phare est parvenu à attester qu’il y a eu effectivement décaissement des fonds, en l’occurrence la somme de 300.000.000 Fc, auprès de Procredit Bank/Matadi pour le compte de la Société commerciale des transports et des ports. L’extrait de compte de Procredit Bank et le livre bordereau de banque y afférents, tout comme le télex de la haute direction attestent bien la sortie de 300 millions de Francs congolais.
L’ordre de sortir cette somme émanait de la haute hiérarchie de l’entreprise. 
Si l’unanimité se dégage autour de la sortie des fonds ainsi que du montant décaissé, il n’en est pas de même en ce qui concerne l’utilisation ou l’affectation de ladite somme.
Pour les agents, il y a eu détournement. Tandis que la haute direction indique avoir ordonné ce décaissement pour faire face aux urgences liées à l’exploitation.
Selon la haute hiérarchie, l’argent retiré a servi à entreprendre en urgence les travaux de modernisation des postes frontaliers. Cela sur instructions du ministre des Transports et Voies de communication, en rapport avec la tenue du 14ème sommet de la Francophonie en octobre prochain.
 
Ainsi, les fonds décaissés ont été affectés à la construction de deux corridors du beach Ngobila, afin de permettre l’évacuation rapide des marchandises et des passagers. La même source souligne aussi la réhabilitation du bateau Lunungu qui sera affecté à Mbandaka.   De leur côté, les employés relèvent  plusieurs anomalies en rapport avec la sortie de ladite somme.  D’abord, ils rappellent que seuls l’Administrateur directeur financier et le Trésorier sont habilités à accéder à la caisse de l’entreprise. Pas une autre personne quel que soit son rang. Ce qui n’a pas été le cas pour les 300 millions de Francs retirés de Procredit qui défrayent la chronique.
Autre anomalie : dans le message télex dont l’intitulé « Concerne : mise à disposition des fonds au guichet caisse procredit », la haute direction ordonne la sortie de ces fonds au guichet-caisse Procredit/Kinshasa. Alors que les travailleurs soutiennent que l’argent a été touché auprès de l’agence Procredit/Matadi dans le compte du département des ports maritimes (DTM) de la Sctp. 
Nous taisons le nom de la caissière et son matricule, qui a été commise au retrait de l’argent sous escorte des éléments de la police SCTP pour des raisons évidentes.
 
C’est ici qu’on s’interroge sur le mécanisme ayant permis le décaissement de tels fonds en violation des textes réglementaires qui régissent l’entreprise.
Qu’est-ce qui a motivé le déplacement à Matadi pour toucher cet argent, alors que l’agence centrale de Procredit se trouve à Kinshasa ? Des agents indiquent qu’ils ne voient nulle part où cet argent a servi à la cause de l’entreprise.
Pour eux, aussi longtemps que la haute hiérarchie n’aura pas prouvé l’utilisation de ces fonds ainsi que le mécanisme ayant permis l’accès au compte de l’entreprise par des personnes non habilitées, il y a bel et bien détournement. 
Comme on le voit, il appartient donc à la haute direction d’apporter des preuves convaincantes en vue de lever définitivement l’équivoque qui règne autour de ce dossier. 
 
DOM   
 

Leave a Reply