La Rtnc réclame la gestion de l’Hôtel de la presse

          Inscrite sous Rce 1445 à l’audience publique du 14 décembre 2010,  dans la cause  opposant la Radio télévision nationale (Rtnc) à l’Hôtel Invest pour résiliation unilatérale du contrat de gestion de cet hôtel de presse  qui comprend 27 chambres, 10 appartement, une piscine, une chambre froide et d’autres bâtiments, par le premier cité, la cinquième chambre du tribunal de céans a recquis l’avis technique de l’officier du ministère public avant de se prononcer à l’audience du 28 décembre prochain.
            Selon l’avocat de la Rtnc, c’est en décembre 2007 que son client avait conclu un contrat de gestion de ses biens meubles et immeubles situés à la Cité de la Voix du Peuple avec l’Hôtel Invest. Dans ledit contrat, a fait savoir le conseil de la Rtnc, il était prévu que l’Hôtel Invest paie à la Rtnc un loyer mensuel de 9.000 dollars,  dont 7.000 dollars  étaient affectés aux travaux de rénovation éventuelle de biens meubles et immeubles après une évaluation par un expert indépendant désigné de commun accord par les deux partie. Par ailleurs, il ne devait revenir à la Rtnc que 2.000 dollars en espèces.  Cependant, au lieu de cela, l’avocat de la Rtnc a déploré l’utilisation d’un expert inconnu de sa cliente qui lui a envoyé une facture de près de 903.000 dollars de frais de travaux. Montant de travaux  contesté par la RTNC, car ne disposant d’aucun volume de l’exécution des travaux.  Excédée et lésée par un partenaire qui a refusé toute nouvelle évaluation ou négociation du contrat à la lumière du contexte actuel, la Rtnc va résilier ce contrat conformément à l’article 9, a  affirmé son conseil,  parce que s’étant rendu compte que celui-ci était léonin. Mais depuis, a poursuivi le conseil de la Rtnc, l’Hôtel Invest a refusé de quitter les lieux et continue à abuser et user d’un bien qui ne lui appartient pas et qui génère  un gain de près de 200.000 dollars mensuellement, malgré le rejet des mesures conservatoires qui avaient été imposées à la Rtnc par le même tribunal sur la gestion de ce bien querellé sous Rce 1291.  A titre des dommages et intérêts, le conseil de la Rtnc a demandé qu’il soit restitué à son client tout le fruit de la gestion de l’Hôtel de presse par l’Hôtel Invest depuis la résiliation de ce contrat. Cela à cause d’une gestion sans mandat.
            Pour sa part, l’avocat de la partie défenderesse a rejeté en bloc tous les moyens de défense présentés par la Rtnc qu’il a qualifié d’imaginaires. Car, à son avis, la Rtnc est victime de sa propre turpitude pour non  respect des clauses du contrat en cas de conflit avant de se pourvoir en justice. L’avocat de l’Hôtel Invest reproche à la Rtnc le non respect de la procédure, notamment  un règlement à l’amiable ou un arbitrage technique. Et si des modifications ou négociations devaient intervenir, c’est dans le prochain contrat que cela aurait dû être fait. 
A.Vungbo
-0-
Rubrique : Société
Gouvernance participative : les habitants de Lingwala initiés aux techniques de plaidoyer
En partenariat avec les « Amis de la prison » et « Jeunesse du monde », le Réseau d’Organisation des Droits Humains  et d’Education Civique d’Inspiration Chrétienne « Rodhecic » a organisé un atelier  le mardi 14 décembre 2010 sur la gouvernance participative à l’intention des habitants de Lingwala. Visiblement souffrante, la bourgmestre Brigitte Mwaluke s’est excusée de ne pouvoir prendre part à cette activité qui a eu lieu à la maison communale de Lingwala.
La création des espaces de dialogue entre gouvernants et gouvernés, que  faire pour se prendre réellement en charge sont les principaux objectifs assignés à cet atelier. Mais aussi l’implantation des comités locaux de développement dans ce coin de la capitale.
Le programme prévoyait des exposés  suivis des débats sur les institutions républicaines, la décentralisation  et les techniques de plaidoyer et de lobbyng.
 
            En sa qualité de chargée du genre au Rodhecic, Marcelline Kisita ; s’est appesantie sur le concept décentralisation et les techniques du plaidoyer.
La décentralisation a été définie comme mode de gestion censé rapprocher les gouvernants des gouvernés.
            Influencer les politiques et pratiques nationales de manière à ce que les hommes « d’en bas » puissent accéder à des meilleurs services en eau, électricité, hygiène…est l’objectif poursuivi en initiant le plaidoyer et le lobbyng.
            Et pour espérer avoir gain de cause, les personnes intéressées au plaidoyer  doivent identifier les problèmes clés, définir clairement leurs objectifs, collecter et exploiter les données, cerner les cibles, créer des alliances….
 
   Insalubrité, électricité
            Pour les « apprenants » répartis en groupes de travail peu avant la pause, l’insalubrité et l’électricité leur causent beaucoup des soucis. Dans ce qu’il faut considérer comme leur cahier des charges, ils ont parlé aussi de certains quartiers non urbanisés ou souvent inondés, des marchés à réhabiliter, du tapage diurne et nocturne…
            Et comme procédés pour rendre Lingwala propre, les responsables de différents services, les commandants de police, les acteurs sociaux… répartis dans les différents groupes sont d’avis que la Snel est la cible directe en ce qui concerne l’électricité. Par contre le numéro un de la commune est la personne la mieux indiquée pour résoudre le problème d’insalubrité. Le concours de toutes les composantes sociales de la commune  et même des médias  est requis pour obtenir gain de cause. Mais aussi battre le rappel des troupes pour mieux mobiliser les fonds …
            Appelé à émettre un avis sur la prestation de leurs hôtes, un acteur social en provenance de Kisenso a fait remarquer aux participants qu’ils ont intérêt à passer réellement à action, mais aussi  à identifier clairement leurs cibles. En outre, ils ont l’obligation de créer des comités locaux de développement pour faire face à leurs problèmes.
            Bien avant cela, Me Alex Mutombo, chargé du Programme d’Assistance Judiciaire au Rodhecic, a planché sur les institutions républicaines. Tour à tour ; le « prof » et ses « élèves » ont parlé des institutions de la 3 ème République. Il s’agit de la Présidence , du gouvernement, du Parlement, des Cours et Tribunaux… Alex Mutombo a répondu aux questions relatives à la crise qui a élu domicile à l’Assemblée Provinciale de Kinshasa, aux infractions  qui nécessitent le recours aux Tribunaux de Paix et de Grande Instance…
            Jean Baptiste Ndundu, secrétaire permanent du Rodhecic ; a été la première personne à prendre la parole. Il a fait remarquer que la population espérait voir le bout du tunnel peu après la tenue des élections de 2006. Mais, hélas, la situation sociale s’est dégradée davantage.  Routes abîmées, hôpitaux devenus des mouroirs, garanties locatives fixées de manière arbitraire par les bailleurs… Néanmoins, les autorités font d’énormes efforts pour redresser la situation. Il y a aussi un réel déficit de dialogue entre gouvernants et gouvernés. Certaines personnes désabusées racontent aujourd’hui à qui veut les l’entendre que la démocratie ne sert pas à grand-chose. En décidant de venir à Lingwala, ils veulent voir les habitants de ce coin de Kinshasa réfléchir et voir que faire pour se prendre en charge et contribuer au développement de leur entité.
            Jean-Pierre Nkutu

Leave a Reply