La RDC et l’Ouganda unis pour l’élimination de l’onchocercose

b6f5cdd07f1a2d0d7e83dfb5ca861277_XLLe ministre de la Santé Publique, Félix Kabange Numbi, a présidé hier la cérémonie d’ouverture de la réunion consacrée à la lutte transfrontalière contre l’onchocercose entre la RD Congo et l’Ouganda. Du 18 au 20 juillet, les participants vont se livrer à l’évaluation des résultats acquis par ces deux pays afin de dégager des stratégies efficaces de lutte.

            La cérémonie d’ouverture a connu la présence de plusieurs personnalités, à savoir le Dr Waogodo Caboré, Représentant de l’OMS en RDC, le Dr Naomie Awaca, Directrice du programme national de lutte contre l’onchocercose, le directeur du PNLO de l’Ouganda représentant le ministre de la Santé de ce pays ainsi que les partenaires impliqués dans la lutte contre cette maladie.

Dans son discours de circonstance, la directrice du PNLO-RDC a rappelé que cette réunion s’inscrit dans le cadre des résolutions de la 17ème session du Forum d’Action Commune (FAC) qui, en son temps, avait demandé au Programme Africain de lutte contre l’onchocercose (APOC) ainsi qu’aux différents pays membres la mise en place d’une collaboration transfrontalière. Dr Naomie Awaca a également souligné que dans l’optique de l’élimination de l’onchocercose, la collaboration transfrontaliere entre Etats est plus qu’une nécessité à cause de l’existence des foyers qui ne cessent de se multiplier à travers les Etats, avec risque de réinfection d’ autres zones où cette maladie a déjà été éradiquée et cela, suite aux mouvements migratoires des mouches.

            Pour sa part, Dr Joseph Waogodo Caboré, représentant de l’OMS en RDC, a rappelé qu’actuellement les maladies tropicales négligées ravagent les pays les plus pauvres, marginalisés, car à faible revenu. Raison pour laquelle l’élimination de l’onchocercose, de la filariose lymphatique et de la loase figurent parmi les grandes priorités de l’OMS et des pays membres. Selon lui, la RDC fait frontière avec neuf pays dont six sont touchés par cette maladie, particulièrement l’Ouganda. Pour le représentant de l’OMS en RDC, une planification réaliste s’impose pour amener la Communauté internationale à augmenter les ressources.

            Joseph Waogodo Caboré  est convaincu qu’il faut plus focaliser l’attention sur des zones de santé communautaires frontalières qui, justement, nécessitent un traitement synchronisé à l’ivermectine. Il a soutenu qu’il faut concentrer les efforts dans l’identification des défis et des approches des solutions. L’élimination de l’onchocercose est à ce prix.

            Président de cette cérémonie, le ministre de la Santé a recommandé aux participants d’effectuer une analyse fouillée de la situation de l’onchocercose pour faire ressortir les stratégies les plus efficaces. A son avis, c’est une occasion donnée pour l’élaboration des plans d’actions communs et la mise en œuvre des interventions conjointes dans le processus de l’élimination de l’onchocercose. Félix Kabange Numbi a exprimé sa gratitude aux partenaires, notamment APOC, CBM (Christian Blinden Mission) et UFAR (United Front Against Riverblindness).

Melba Muzola 

Leave a Reply