La population de Bandalungwa en guerre contre les Kuluna

kulunaJusque hier lundi 11 novembre 2013, Bandalungwa baignait encore dans un climat de révolte. La population qui déplore la passivité de la police face aux actes criminels et de cruauté des Kuluna, a décidé de se prendre en charge pour non seulement venger le meurtre de Jacquie Pemba, et d’autres victimes aujourd’hui oubliées, et dont le sang crie vengeance au Ciel, mais éradiquer la menace persistante des marginaux dans le quartier Lubudi. Pour les jeunes sportifs de Bandalungwa, après ce meurtre, plus aucun crime de ce genre ne devrait être toléré. Aussi se sont-ils organisés pour se constituer en groupes d’auto-défense capables de répondre aux besoins sécuritaires de la population !

Utilisant des barres de fer et autres gourdins comme seuls outils de travail, ces «  nouveaux gardiens » du quartier Lubudi comptent sur leur supériorité numérique et sur leurs connaissances des rues et ruelles, ainsi que des coins et recoins, pour lancer leur entreprise. La population qui a vite salué cette initiative, a promis de les soutenir pour un meilleur accomplissement de leur difficile et périlleuse mission de sécurisation de Lubudi. Et pendant que cette organisation se mettait en place, un jeune kuluna âgé de moins de 20 ans, a tenté dans la nuit du dimanche au lundi de la mettre à l’épreuve. Il paradait seul dans les rues du quartier, armé d’une machette,  probablement en route pour rejoindre les autres membres de sa bande. Pourchassé  et rattrapé par les jeunes du quartier, le délinquant sera molesté et lapidé.  Il a manqué de peu qu’il soit soumis au supplice du collier. Ce sont des éléments du commissariat de Bandalungwa, alertés par des informateurs occasionnels, qui l’ont arraché in extremis des griffes de ses bourreaux.  Le jeune Kuluna défiguré, tout le corps couvert des hématomes, a été conduit dans un dispensaire. Il était dans un état critique quand le personnel soignant l’a reçu. Aux dernières nouvelles, nous apprenons que ses jours seraient comptés.

                                                                                                         J.R.T.  

Leave a Reply