La NSCC lance l’opération «Bayi Congo batimbeli »

 Ils étaient tous furieux, énervés, mécontents,  avec des  visages renfrognés, brassards à l’avant-bras  où il était mentionné «non à la balkanisation de la R.D.C. Oui à l’Intégrité nationale». C’était là une manière pour dire aux dirigeants congolais  de cesser les aventures  et  mettre fin à la guerre de l’Est. Cette  manifestation s’est tenue,  hier mercredi 25 juillet au siège de la Nouvelle  Société Civile Congolaise  (NSCC en sigle).
En effet, les banderoles avaient pour message principal :

– notre combat  : protéger l’intégrité de la RDC dans ses frontières  de 1960. Non à la Balkanisation de la RDC.
– non à l’exploitation illicite des ressources  naturelles ;
-oui à l’unité  et l’intégrité de la R.D.C ;
-Peuple congolais débout, défendons  notre pays. 
Le  programme Front Commun des Congolais de lutte contre la Balkanisation (FCCB en sigle)  de la Société Civile Congolaise s’est décidé à faire le lancement officiellement  de l’opération « BAYI CONGO BATIMBELI ». Cette opération consistera en une forte mobilisation de la population  kinoise en particulier et congolaise en général. A dater  de   ce mardi 31 juillet, à 12h00 et  20h00, il sera question d’observer une minute  de silence  pour  penser aux 6 millions d’innocents congolais  morts sans que la  justice  tant nationale qu’internationale ne s’intéresse à leur sort ». Après cela, il y aura des coups de sifflets, des cloches, des  bruits des casseroles et klaxons sur l’ensemble du pays dans  tous les sens afin d’exprimer ce sentiment de   détresse qui  emporte  tous les vrais Congolais. Ceci ne sera fait en signe de solidarité  avec  nos frères  vivant  à  l’Est   du pays et  pour la défense de l’intégrité nationale  en  refusant  la balkanisation  du Congo.
 La Nouvelle Société Civile Congolaise  ainsi que la coalition des sociétés civiles se sont basées sur l’article 63 de la Constitution congolaise pour  réclamer le droit à la vie au profit des frères de l’Est. En effet, l’article 63 stipule «Tout Congolais a le droit  et le devoir  sacré de défendre  le pays et son   intégrité territoriale face  à une menace ou à une agression  extérieure…, toute autorité nationale, provinciale, locale et coutumière  a le  devoir de sauvegarder l’unité de la  République et l’intégrité  de son territoire, sous  peine  de haute trahison».


 Il faudrait noter que cette guerre a  mis au moins sept mois. Pendant ces sept mois plusieurs actions ont été menées  sur tous les plans : politique, diplomatique, sécuritaire, sociale, etc.  Cependant, la population congolaise n’est pas d’accord avec le gouvernement congolais. Car certains membres dudit gouvernement accusent le Rwanda d’une part, d’autres  rejettent l’hypothèse. Et en même temps,  Kagame le président rwandais  à son tour, accuse le gouvernement congolais.  Devant cette situation, la société civile  est dans la confusion. Pour elle,  le peuple congolais est victime d’un complot d’une maffia internationale à cause de ses richesses. Face à cette réalité, elle tient à réveiller les esprits (des Congolais) qui  dorment afin de pousser le gouvernement congolais à prendre  de décisions qui seront à leur faveur  et non au profit d’un  groupe d’individus minoritaire  qui cherche à détruire le Congo.
 Certes, la question de la présence des forces neutres était examiné. «Il n’existe pas de force neutre pouvant sécuriser la Nation. Car la  doter des matériels et équipements  nécessaires  sera une solution importante et adéquate pour  obtenir un résultat  meilleur. A titre d’exemple, au Mali et en Somalie, la présence  de soit disant  «forces neutres»  dans  les zones des conflits n’a pas produit  la paix » souligne Jonas Tshiombela  coordonnateur  national de la Nouvelle Société Civile Congolaise.
 Notons par ailleurs que cette opération se répètera chaque mardi aux  mêmes heures  jusqu’au 25  août 2012. Cette opération aura  des répercutions  dans les provinces grâce  aux antennes de la NSCC.

             Dorcas NSOMUE

Leave a Reply