La MPP mobilisée pour le sommet de la Francophonie


Plus rien, d’après les sources diplomatiques, n’empêche le face à face Tshisekedi – Hollande le 13 octobre à la résidence de l’ambassadeur de France à Kinshasa.

En marge de ce rendez-vous historique, la Majorité Populaire Présidentielle, plate-forme qui soutien la victoire électorale de Tshisekedi à la présidentielle du 28 novembre vient d’appeler à la mobilisation de la population congolaise pour accompagner le président national de l’UDPS à sa rencontre avce  le président français, le samedi 13 octobre.

Dans une déclaration rendue publique par son modérateur Ezulua, samedi au siège de la DC, cette plate-forme appelle le pouvoir en place à respecter le droit de manifester reconnu à la population congolaise par la Constitution.
Tout en se réjouissant que la classe politique congolaise ait compris que la CENI est la source inéluctable du clivage social actuel, la MPP pense que  la solution réside dans le rétablissement de la vérité des urnes avant la réforme de cette institution d’appui à la démocratie

Parlant du sommet de la Francophonie, Ezulua  estime que les valeurs que s’est fixées  la Francophonie à savoir la promotion des droits de l’homme, la démocratie, le respect des droits humains, ne sont pas respectées en RDC.
Tout en rappelant que les pays qui bafouent ces valeurs sont sanctionnés par l’Organisation internationale de la Francophonie cas de la République Démocratique du Congo en 1992 et tout récemment du Mali, de la Guinée et de Madagascar, ce proche de Diomi s’est dit convaincu que ce sommet   est considéré à la fois comme une légitimation de la fraude électorale et une prime à la violation des droits humains.

La MPP demande au président «normal» de faire pression sur le pouvoir de Kinshasa pour la libération de  tous les détenus politiques et d’opinions dont Diomi Ndongala, président de la DC, et porte-parole de la MPP, Pasteur Kutino, «initiateur de Sauvons le Congo», Gabriel Mokia, Jacques Chalupa…
Ezulua a enfin appelé la justice internationale à se saisir de tous les crimes commis avant, pendant et après les élections en RDC.   

ERIC WEMBA

Leave a Reply