La Mission Eupol a recyclé 60 formateurs de la LNI et de GMI

Les échéances électorales qui débuteront en 2015 pour se poursuivre en 2016, vont susciter une grande agitation politique, avec des  manifestations  de toutes natures. C’est dans la perspective de profonds bouleversements qui pourront marquer la vie politique, que les responsables de la Police nationale congolaise se sont réjouis de la formation dispensée par la mission Eupol RD Congo et la Police civile de la Monusco à 60 formateurs de la Légion nationale d’intervention et des groupements mobiles d’intervention Est et Ouest.

Après la démonstration, vendredi 13 juin 2014, à la Fikin, de quelques exercices de maintien de l’ordre public, exécutés lors d’un sit-in, des barricades enflammées, des manifestations violentes contre les éléments de la police, et l’action d’un tireur isolé, la clôture est intervenue samedi 14 juin 2014, à l’état-major de la LNI.

Le commissaire général adjoint chargé de la politique administrative, représentant le commissaire général, a remercié les instructeurs et les apprenants pour avoir assuré et suivi cette formation des formateurs en techniques de maintien et du rétablissement de l’ordre public.

Pour le commissaire divisionnaire adjoint Raus Chalwe, le renforcement des capacités de la LNI aux différentes techniques de maintien de l’ordre public, étalées aux manœuvres défensives et offensives, permettra de forger le conditionnement des policiers face aux situations délicates qui se profilent à l’horizon. Ces situations obligent un savoir-faire, un savoir-être, et une fermeté, parce que la loi l’impose.

Le commissaire général adjoint chargé de la police administrative croit savoir que les récipiendaires deviendront des formateurs pour la pérénnisation des acquis de la formation.

Evoquant la fin de la mission Eupol RD Congo en septembre prochain, il a promis que tout sera fait pour l’appropriation des acquis de la formation dispensée dans le cadre de la mission d’assistance et d’accompagnement que la PNC a bénéficiée. Après des remerciements aux responsables de la mission Eupol RD Congo, il reste convaincu que le commissariat général pourra assurer une bonne gestion et la mise en œuvre des acquis de formations. Car, la PNC est en train de réaliser la vision de réforme de la police, donc des mutations, grâce à la coopération de la PNC avec la mission Eupol RD Congo.

Le chef de mission Eupol RD Congo a signalé que depuis le 19 mai, une quinzaine de formateurs de la LNI et des GMI Est et Ouest de Kinshasa avaient été monitorés chaque semaine par des experts de Compagnies républicaines de sécurité, les CRS, venant de la Police nationale française.

         Par la suite, le commissaire divisionnaire Jean-Paul Rikir a indiqué que ce sont près de 55 formateurs de ces unités ayant pu bénéficier d’une évaluation et d’une remise à niveau complète de leurs connaissances et de leurs compétences dans ce domaine. A ses yeux, l’action de formation a également permis de réaliser de nombreux exercices avec plusieurs compagnies de LNI. Ce qui a contribué à renforcer le savoir-faire et le niveau d’expertise de ces dernières.

         Le chef de mission Eupol RD Congo a noté que le monitoring consistait ç à vérifier que les formateurs de la LNI et des GMI appliquent avec justesse et efficacité, les enseignements reçus précédemment par la mission Eupol. Ce genre de contrôle à posteriori, est indispensable, afin de s’assurer que les formations sont véritablement acquises et assimilées dans le temps. Ce processus a donc pour ambition, de permettre à la PNC d’être à terme, complètement autonome pour la formation de ses unités dans le domaine du maintien de l’ordre.

         Ainsi, avec ce type d’action, la mission Eupol RD Congo contribue aussi à ce vaste processus qui consiste à mettre en place une police moderne.

Le mandat de sa mission s’acheminant à son terme au mois de septembre de cette année, le commissaire divisionnaire Jean-Paul Rikir a dressé une sorte de bilan de sa mission en RD Congo. Depuis 2007, son organisme a dispensé des formations spécialisées et de recyclage en faveur de plus de 2.600 agents des unités de la LNI et de GMI de Kinshasa et de Goma. Dans ce secteur, il évoqué l’intervention d’autres partenaires, notamment la France qui a participé à la formation et à la fourniture d’équipements spécialisés à plusieurs bataillons de la PIR, l’unité qui a précédé la LNI.

         Enfin, le savoir-faire des forces de sécurité dans le domaine de maintien de l’ordre public a évolué de façon très sensible depuis une dizaine d’années. Le déploiement en République Centrafricaine de près de 150 agents de la LNI dont la présence et l’action sont appréciées en dépit de conditions de vie difficiles sur place, atteste de la confiance accordée par les autorités congolaises et africaines aux compétences de cette unité.

         Formateurs et agents ont reçu des brevets de participation au programme de recyclage en techniques de maintien de l’ordre public.

J.R.T.

Leave a Reply