La jeep Prado du ministre Kibala retrouvée et le chauffeur arrêté à Moanda

Les limiers du Bataillon de la police d’investigations criminelles dépêchés en mission d’enquête dans le Bas-Congo, ont réalisé un travail appréciable. Des échos qui nous reviennent de Kasangulu, nous apprenons qu’en deux jours, ils ont sillonné les districts de la Lukaya et des Cataractes, la ville de Matadi et ont atteint la ville de Moanda dans le cadre de cette enquête. A Kasangulu, première étape de leurs investigations, les limiers du Bataillon de la police criminelle ont procédé à la vérification du véhicule abandonné non loin du poste de péage. La comparaison des caractéristiques techniques a établi avec certitude que cet engin était bel et bien la jeep du ministre de la Fonction publique, celle-là qui avait été emportée par son chauffeur.
A l’aide du double du trousseau de clés, ils ont pu ouvrir les portières et accéder à bord où ils ont trouvé intactes, les deux armes du policier de garde de Jean-Claude Kibala, notamment le revolver GP et l’arme Fa. Preuve était donnée que c’est là que le voleur a connu les premiers ennuis mécaniques. 
La fouille pour retrouver l’argent n’a cependant rien produit. Probablement que le chauffeur l’avait emporté, afin de faire face aux dépenses éventuelles pour couvrir sa cavale.
Sur le terrain, a indiqué une source de Kasangulu jointe au téléphone,  l’enquête s’est poursuivie par des entretiens avec la population du coin qui n’a pas manqué de signaler que le chauffeur qui affichait une certaine agitation, s’est subitement retrouvé en panne de carburant. C’est probablement ce qui l’a contraint à abandonner l’engin au bord de la chaussée, avant de prendre une destination inconnue. Où serait-il donc passé ?
 
Pour quelques jeunes garçons très bavards, a ajouté notre source, le conducteur aurait laissé entendre qu’il se rendait à Matadi. Cette piste sera explorée, car les enquêteurs étaient décidés à joindre la ville portuaire pour poursuivre sa traque. Comme pour chercher une aiguille dans les bottes de foin, il fallait visiter les coins et recoins, fouiller les hôtels et les clubs dancing, et même les terrasses. La traque conduira finalement les policiers jusque dans la ville de Moanda où l’homme avait trouvé refuge. Une vaste  filature sera organisée, et c’est avec l’appui des éléments de la police de cette ville que le chauffeur sera appréhendé et gardé provisoirement à Kitona.
Aujourd’hui que la Toyota Prado du ministre de la Fonction publique Jean-Claude Kibala  a été ramenée à Kinshasa, des démarches devraient être entreprises pour obtenir le transfert du voleur dans la capitale congolaise.
 
C’est ici où les limiers l’attendent pour le soumettre à un interrogatoire serré, afin d’éclairer leur lanterne sur les circonstances exactes de son forfait. L’autre question importante est celle de connaître la destination qu’il a donnée à l’argent soustrait dans le véhicule officiel de Jean-Claude Kibala. Par ces temps de crise aigue, le ministre de la Fonction publique serait très préoccupé pour savoir les dépenses effectuées par son conducteur, ainsi que le lieu de la cachette où il a dissimulé le reste.
Car, une chose est certaine. En deux jours, ses dépenses totales ne dépasseraient pas plus de 3.000 dollars. Probablement que la vérité pourra être connue dans les jours à venir. En attendant son transfert à Kinshasa, les spéculations vont bon train et l’inquiétude monte quant au sort non révélé réservé aux devises étrangères du ministre Jean-Claude Kibala.
Affaire à suivre !
                                                                                   J.R.T.

Leave a Reply