La Japon décidé à faire de l’INPP un Centre de référence en Afrique Centrale

         De passage dans la capitale congolaise, le directeur Afrique au ministère des Affaires étrangères du japon, Tamio Shimizi, a effectué vendredi 28 juin 2013, une visite guidée du site de la nouvelle direction provinciale de l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) de la ville de Kinshasa en construction, ainsi que de tous les ateliers de cet institut. Le diplomate japonais s’est fait accompagner, pour la circonstance de l’Ambassadeur du Japon en RDC Yoshimasa Tominaga.

         Se confiant à la presse, à la fin de sa visite, Tamio Shimizi s’est dit surpris par la maintenance des équipements offerts par son pays à l’INPP depuis plus de 30 ans. Et ce, avant d’encourager la présence des formateurs japonais à l’INPP. Il a rappelé, à cette occasion, que ce qu’il a vu à l’INPP correspond à ce qui a été décidé au Ticad V. Cette rencontre entre le Japon et l’Afrique en juin dernier à Yokohama a permis de dégager une voie pour les interventions japonaises en faveur de l’Afrique. Il s’agit de développer les infrastructures et la formation des jeunes. C’est dans ce cadre que s’inscrit la volonté des entreprises japonaises  à venir en Afrique et en RDC, a indiqué le directeur Afrique au ministère des Affaires étrangères du Japon, qui a précisé que ces investissements appellent une main-d’œuvre qualifiée.

         Le diplomate japonais a, par ailleurs, réassuré les autorités de l’INPP sur la poursuite de la coopération entre son pays et cet établissement public. Le Japon, a-t-il souligné, est décidé à faire de l’INPP, le Centre de référence en Afrique centrale.

         Réagissant aux propos de son hôte, l’Administrateur directeur général de l’INPP Maurice Tshikuya Kayembe a reconnu l’exemplarité de la coopération japonaise. C’est grâce à celle-ci, a-t-il rappelé, que l’INPP a amélioré la qualité de sa formation. Cette coopération, a souligné Maurice Tshikuya Kayembe, porte essentiellement  sur la formation des formateurs, la fourniture des équipements, ainsi que la construction des infrastructures. L’Administrateur directeur général de l’INPP s’est également apaisanti sur les interventions de la coopération japonaise à Kisangani, à Goma et bientôt au Katanga.

         Parlant de la direction provinciale de l’INPP/Kinshasa, Maurice Tshikuya Kayembe n’a pas d’éloges sur l’apport du pays du soleil levant qui, à travers son Agence de coopération internationale, la JICA, va doter cet établissement public d’un complexe administratif ultra-moderne. Financée par la coopération japonaise, cette infrastructure va quadrupler la capacité d’accueil de cette direction provinciale qui passera de 3000 à 12.000 stagiaires journellement. Doté d’une grande capacité d’accueil et des équipements ultra-modernes pour sa formation professionnelle, l’INPP sera pourvu, ainsi, de tous les atouts pour devenir le Centre de formation par excellence pour l’Afrique Centrale, a conclu l’ADG Maurice Tshikuya sur un ton rassurant et plein d’optimisme.

Michel  LUKA

Leave a Reply