La FAO au secours du bétail en RDC

La FAO mobilise une aide d’urgence en faveur de la Rd Congo à partir du 26 juin 2012 afin d’enrayer la propagation rapide de la peste des petits ruminants (PPR), une maladie virulente qui s’attaque aux caprins et aux ovins, signale un communiqué de presse de la FAO, daté du 26 juin 2012 à Rome et remis à la presse, lors de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies d’hier mercredi 27 juin 2012.
Cette aide d’urgence consiste au financement de la vaccination de 500.000 ovins  et caprins dans les zones non encore touchées ; en la limitation des mouvements des animaux en les empêchant de se déplacer vers les zones de pâturage communales et, en suspendant temporairement la vente et le transport des animaux ; en la sensibilisation par le biais de la radio rurale et de réunions villageoises afin d’éduquer les agriculteurs aux mesures qu’ils peuvent prendre pour conjurer la maladie ; au renforcement de la surveillance active dans toute la région ; à la formation des vétérinaires et para-vétérinaires au dépistage de la PPR et en technique d’investigation sur le terrain.
 
Selon le même communiqué, la peste des petits ruminants constitue une menace non seulement pour la sécurité alimentaire du pays et pourrait également se diffuser aux pays d’Afrique australe qui n’ont jamais été en contact avec le fléau.
Le même document rappelle que des dizaines des milliers des chèvres et plus de 75.000 ont déjà péri des suites de la maladie. Citant comme source le gouvernement congolais, on estime qu’un million de chèvres et 600.000 moutons risquent de contracter la PPR, ce qui représente un quart de cheptel caprin et deux quart de cheptel ovin de toute la Rd Congo.
Selon le représentant de la FAO en Rd Congo, Ndiaga Gueye, il s’agit de la plus grave épidémie du bétail que connaît le pays depuis plus de dix ans. « Nous constatons que face à la menace, des éleveurs déplacent leurs animaux loin des villages infectés vers des zones où aucun foyer n’a été signalé jusqu’ici, ce qui a causé la contamination des troupeaux sains », a dit Ndiaga Gueye.
 
Christelle Yesalaso 
(stagiaire IFASIC)

Leave a Reply