La Dynamique des femmes du changement reste ferme :«Oui» à la reprise des législatives et «non» à la présidentielle

Les femmes congolaises réunies au sein de la « Dynamique des femmes acquises au changement » (DYFAC) ont salué avec beaucoup de joie et de considération la position prise par l’Eglise catholique de la RDC, en ce qu’elle a déclaré une fois de plus que les élections présidentielle et législatives du 28 novembre 2011 étaient entachées de  fraudes massives et d’irrégularités graves. Elles ont affirmé que les femmes congolaises en particulier et toute la population de la RDC en général ont voté massivement Etienne Tshisekedi comme président de la RDC, en dépit de ces irrégularités et fraudes. Elles ont donné cette analyse sur la publication des résultats des scrutins du 28 novembre 2011 lors d’un point de presse qu’elles ont organisé le mercredi 18 janvier 2012, dans la concession de la RLTV, dans la commune de la Gombe.

Cette rencontre avec la presse a connu  la participation de plusieurs dizaines de femmes congolaises, venues s’informer auprès de leurs leaders. A ce sujet, cinq leaders féminins ont animé ce point de presse : il s’agit de Denise Lupetu, présidente ; Honorine Bokashanga, secrétaire générale et de trois de leurs collègues :  Bukassa, Masengu et Kudura. Pour elles comme pour toutes celles qui étaient venues participer à cette manifestation, la victoire électorale d’Etienne Tshisekedi était vécue et constatée par les Observateurs de l’Eglise catholique, des autres missions d’observation tant nationales qu’internationales. Elles ont affirmé que la victoire d’Etienne Tshisekedi était tellement éclatante que lorsque la CENI a publié les résultats en faveur de Joseph Kabila, l’Eglise catholique, par l’entremise du Cardinal L. Monsengwo, archevêque de Kinshasa, n’a pas tardé a réagir pour dire que les résultats de la CENI ne reflétaient pas la vérité des urnes.

A la différence des différentes missions d’observation qui appellent à la reprise des  deux scrutins, particulièrement  l’Eglise catholique qui invite la CENI à revoir tous les résultats des urnes, la Dyfac exige la reprise des législatives uniquement, car, tous les éléments probants de la présidentielle montrent la victoire incontestée d’Etienne Tshisekedi. Elle a mis à profit cette rencontre pour demander aux autres confessions religieuses de la RDC d’emboîter le pas à l’Eglise catholique et d’avoir le courage de dénoncer le mal, de rester à côté du peuple qui souffre en respectant son choix.
La Dyfac s’est également étonnée de voir le Premier ministre belge, Elio Di Rupio, présenter ses félicitations tardives à Joseph Kabila pour une « prétendue » réélection à la magistrature suprême de la RDC, alors qu’après la publication la publication des résultats, la ministre belge des Affaires étrangères avait taxé ces élections d’être entachées d’irrégularités. Les Congolaises se sont déclarées attristées par cette contradiction des officiels belges qui n’encouragent pas la lutte de la femme pour le changement.

RSK

Leave a Reply