La contrefaçon tue l’industrie textile en RD Congo

Le gouvernement Matata  déterminé à éliminer la fraude de tissus imprimés combattre la piraterie de grandes marques sous toutes leurs formes et renforcer la coopération dans la lutte contre la contrefaçon en Rd Congo : telle est la matière  qui  a été au centre de l’échange de vendredi 22 juin,  entre Patrick Kitebi Kibol, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé    des Finances, et  Hans Ouwendijk, directeur international de la firme Néerlandaise Vlisco. Le représentant de cette multinationale spécialisée dans les tissus imprimés en séjour à Kinshasa a déclaré à la presse que sa présence en Rd Congo avait pour but essentiel   de faire le point avec le gouvernement Matata Ponyo sur le contrat de coopération signé entre les deux partenaires il y a une année.
 Il était important, a-t-il ajouté,  de partager avec le nouveau  ministre qui a dans ses attributions toutes les régies financières, fer de lance dans  cette lutte. Ce partenariat implique principalement les douanes congolaises et la Direction générale des impôts qui sont  chargées de juguler les pertes énormes en recettes fiscales  qu’occasionne cette activité criminelle dans le trésor public. Au niveau de ce ministère, cette coopération se traduit notamment  par la formation des agents de la brigade  douanière   à reconnaitre la marchandise de la contrefaçon qui tue la qualité de produits vendus par cette firme en Rd Congo.  En clair, cette coopération entre le public et le privé, tend  à améliorer la performance de la Dgda en vue d’accroitre son efficacité organisationnelle et opérationnelle au niveau des frontières. 
 
A ce sujet, Hans  Ouwendijk s’est réjoui de l’attention et de  l’engagement pris par le gouvernement à travers Patrick Kitebi,  ministre délégué auprès du Premier ministre  en charge des Finances, à mettre tout en œuvre afin de tordre le coup à la contrefaçon qui mine ce secteur dans la création de la richesse nationale.  Pour preuve, cette firme néerlandaise soucieuse de créer des emplois à longue durée  va, le mois prochain, étendre ses activités à Goma dans un premier temps avant de les étendre  partout à travers  le pays.    
Faisant le point de la coopération proprement dite  une année après, le représentant de cette firme a reconnu que celle-ci a  permis  aux agents de  la brigade  douanière  congolaise de se professionnaliser et être outillés pour reconnaitre les produits imprimés de  contrefaçon.  
 
Par ailleurs,  parlant du climat des affaires, le représentant de Vlisco a salué les efforts sans relâche  du gouvernement Matata qui se bat pour assainir cet environnement qui va certainement attirer de plus en  d’investisseurs à venir s’installer en Rd Congo afin de donner plus  d’emplois aux nombreux congolais au chômage.         
L’occasion faisant le larron,  le représentant de Vlisco en a profité pour annoncer à Patrick Kitebi  que c’est la Rd Congo qui a été choisie  pour abriter le siège  des activités de  la lutte contre  la contrefaçon. Et c’est la congolaise  Monique Gieskes de Vlisco Congo  qui a été  élevée  comme son interface avec le   gouvernement en vue d’élaborer à partir de la Rd Congo toutes les stratégies de lutte contre la contrefaçon de cette firme sur le plan international. Ce qui va certainement, a-t-il reconnu,   nécessiter une collaboration accrue entre les modélistes et «designers» congolais avec cette firme dont l’expérience n’est plus à présenter en cette matière.
 
VAN

Leave a Reply