La communauté « Ahmadiyya » plaide pour la tolérance entre peuples

N’étant pas en mesure d’organiser la cérémonie de la fin du Ramadan le 29 juillet 2014 ; la communauté   musulmane « Ahmadiyyah » l’a célébrée le samedi 2 août 2014 au Jardin botanique de Kinshasa. Les ambassadeurs d’Italie et du Nigéria accrédités en RDC, le délégué du vice- ministre aux Droits Humains,  le président de l’Assemblée provinciale de Bandundu et d’autres invités y ont pris part. Cette cérémonie a été présidée par le représentant de ladite communauté en RDC, Amir Jama’ At Sahib.

Omer KasembeAbdan, qui a retracé l’historique d’Ahmadiyya,  a  dit que cette communauté musulmane a vu le jour en 1889 en Inde, avec comme fondateur Hadrat Mirza Ghulam Ahmed.

Prétendant avoir agi sous l’inspiration divine, Hadrat s’était proclamé comme seul réformateur qu’on attendait pour réunir l’humanité sous la bannière d’une religion universelle, à savoir l’Islam. Il avait affirmé être la personne sur qui allaient se réaliser des prophéties. Il a publié plus tard une annonce relative aux objectifs de  la «bai  ah» ou serment d’allégeance.

La communauté « Ahmadiyya » est présente aujourd’hui dans 204 pays et  compte plus de  800 mosquées, avec deux cent millions des fidèles. On les retrouve en Afrique, en Europe et dans d’autres coins du monde.  L’expansion  de cette communauté ne peut se faire par le sang, ni par la force mais uniquement par des moyens pacifiques.  C’est dans ce sens que des membres de cette confrérie organisent des conférences inter religieuses pour favoriser la tolérance et le rapprochement entre croyants. Certains gouvernants et extrémistes persécutent Ahmadiyya et traitent les membres de cette confrérie d’hérétiques. Ces persécutions sont récurrentes en Asie (Indonésie).   La vision d’Ahmadiyya se résume en la renaissance d’un islam pure et original.   «Amour pour tous et haine pour personne» est la devise de cette confrérie.

L’exécution des cinq prières quotidiennes, l’abstinence aux pratiques non islamiques, la loyauté à Allah en toutes circonstances de la vie, …. figurent parmi les dix commandements de la bai  at  ou serment d’allégeance.

De nos jours, c’est  la politique de deux poids deux mesures qui prédomine.  Les nations puissantes dictent leur loi aux autres. Et si la terre venait à disparaitre, ce serait une noyade collective.  Il est normal d’avoir des sympathies pour Israël ou pour la Palestine. Mais Ahmadiyya n’a pas de préférence pour le Hamas qui  recourt à la violence et ne ménage pas Israël, coupable d’avoir tué plus de 1500 personnes. Dans le lot, il y a même des innocents.

Tout cela arrive parce que la notion de justice a disparu de la tête des gens. Les drames  en Syrie et en Irak  s’expliquent également par l’absence de la notion de justice. Il y a 100 ans et quasiment à cette même période du mois d’août 1914 avait éclaté la première guerre mondiale, a précisé le représentant d’Ahmadiyya en RDC.

Dans son mot de bienvenue,  AboubakarTshitenge est revenu sur la période de Ramadan au cours de laquelle les musulmans jeûnent pour réaliser le progrès moral et spirituel.

Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply