La CDC contre la révision constitutionnelle

FKA12C’est   à  quelques heures de la convocation du Congrès, plus précisément le vendredi 13 juin 2014   que la  Convention des Démocrates Chrétiens (CDC), un parti d’opposition, a choisi  pour donner sa position sur ce problème qui fait couler beaucoup d’encre.  

Comme il fallait s’y attendre, les Démocrates chrétiens fustigent  le processus censé amener à une nouvelle   révision de quelques articles  de  la Constitution.  S’étant réunis il y a de cela quelques jours pour débattre de la nécessité ou non de revoir de nouveau  la Constitution, les têtes pensantes dudit parti se sont dites opposées à la démarche entreprise par le gouvernement congolais.  En clair, lit-on dans un communiqué de presse portant le paraphe de Dikuta Munkana,  secrétaire général de la CDC,  lui et ses collègues du parti  expriment leur mécontentement au gouvernement pour avoir adopté un projet de loi portant révision de la Constitution.  Ils  estiment  qu’il est anormal et inopportun  que les députés provinciaux  soient élus au second degré, les sénateurs et gouverneurs au troisième degré. Dans l’entendement des cadres de ce parti, ceci est une atteinte grave au caractère du suffrage universel direct qui empêche le souverain primaire de s’exprimer sur le choix de ses élus en province.  Ces réserves sont contenues dans le  communiqué évoqué ci-haut    daté du 13 juin 2014 et dont une copie  est parvenue au Phare.

«Comment un gouvernement qui expédie les affaires courantes peut-il se réunir pour adopter un projet de loi portant révision de la Constitution ?», s’interrogent les cadres du parti cité haut. Indignés, ils précisent  clairement  que cette tâche revient au gouvernement de cohésion nationale annoncé par le Chef de l’Etat le 23 octobre 2013 devant les deux Chambres réunies.

En conclusion, la  CDC pense que cette question doit faire l’objet d’un débat profond au Parlement. Elle en appelle à la vigilance de ses élus et même aux autres députés de l’opposition siégeant dans les deux Chambres du Parlement.

La  CDC rejoint donc plusieurs  partis de l’opposition, des  personnalités indépendantes, acteurs sociaux… qui jugent inopportune  la révision de la Constitution.

Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply