La Banque centrale intervient sur les marchés pour arrêter la surchauffe des taux de change

 

Aux inquiétudes émises depuis plus d’un mois par les opérateurs économiques face aux fluctuations du taux de change, la Banque centrale du Congo vient de donner un signal d’assurances. Par voie d’appel d’offres, elle est intervenue hier lundi, sur le marché de change avec un paquet de devises : 25 millions de dollars. Avec cette bouffée d’oxygène, l’Institut d’émission croit agir de cette manière, non seulement pour stabiliser la situation financière, mais aussi pour décourager les spéculateurs de tous bords.

Cette intervention de la Banque centrale, comme il faudrait le signaler, est une de quatre importantes décisions prises le vendredi 7 janvier 2011, par la « Troïka financière » de la RDC, une structure qui comprend la Banque centrale du Congo, le ministère des Finances, le ministère du Budget, élargie à la Primature et la Présidence de la république.

Lors de la réunion de vendredi dernier, la Troïka financière a recommandé au gouvernement d’avoir un bon rythme des opérations de l’Etat, une meilleure gestion des liquidités de l’Etat tant en Francs congolais qu’en devises. A ce sujet, le Trésor public peut intervenir directement en devises s’il le faut, au lieu de recourir au Franc congolais. Ce type de paiement entraîne souvent une injection importante de la monnaie locale sur le marché.

Arrêt des émissions de la Banque centrale

Pour en arriver à ce train de mesures, le constat fait par le Comité de politique monétaire restreint est que la situation du marché était marquée par deux phénomènes, à savoir la volatilité du taux de change et un rythme particulier de formation des prix des biens et services liés à deux facteurs principaux.

Vendredi, le marché de change oscillait entre 930 et 940 FC le dollar.

Les effets décalés d’importantes injections de paiements de l’Etat en décembre ( salaires et achats de rations alimentaires) et le comportement cyclique des opérateurs économiques qui à la fin de l’année, reconstituent leurs encaisses en devises, après la clôture de fin d’exercice.

 

Pour stabiliser la situation financière : 25 millions de dollars

 

Hier lundi, les banques commerciales étaient invitées à l’Institut d’émission pour acheter 25 millions de dollars. Elles ont présenté leurs offres selon leurs besoins, et dans la fourchette comprise entre 910 et 930 FC le dollar. A l’issue de cette opération d’adjudication, la BCC a vendu les 25 millions de dollars au taux de 925 FC le dollar.

Les observateurs saluent quelques mesures garde-fous prises par la BCC pour ne pas défavoriser les uns par rapport aux autres, notamment le plafond de la demande de chaque banque commerciale fixé à 20 % du montant total des devises mis en vente.

Au cours du point de presse qui a suivi cette séance d’adjudication, le gouverneur de la Banque centrale du Congo a tenu à rassurer l’opinion sur les efforts déployés par l’Institut d’émission pour stabiliser la situation financière. Cette intervention qui pourra s’étaler sur plusieurs semaines selon les circonstances du moment vise éradiquer les effets pervers des fluctuations du taux de change. Les services de la BCC suivront le comportement du taux de change, ainsi que l’évolution de la situation financière, afin de juger de l’opportunité de prochaines interventions.

A la question de savoir l’état du compte général du trésor, J.C. Masangu a indiqué qu’il était excédentaire, et d’ajouter que tout était fait pour une meilleure gestion des liquidités.

J.R.T.

Leave a Reply