L’« Histoire du Congo, des origines à nos jours », porté sur le fonts baptismaux

 « Histoire du Congo, des origines à nos jours », dernière publication du professeur Isidore Ndaywel è Nziem, a été porté hier sur les fonts baptismaux par Mme Kavira, ministre de la Culture et des Arts en présence de son collègue de l’EPSP Maker Mwangu, des membres du corps diplomatique et de nombreux invités. La cérémonie a eu pour cadre la résidence de l’Ambassadeur d’Espagne en RDC, Félix Costalex Artieda.

    Dans son mot d’accueil, le diplomate espagnol a prononcé ce qu’il a appelé « un discours de protestation » dont la pertinence a été relevée par l’auditoire, tant il a souligné l’importance et le rôle de la culture en général et du livre en particulier. A ce sujet,  il a révélé le niveau du budget alloué en Espagne à ce secteur et qui s’élève à 10 milliards de USD, une somme qui ne peut que faire rêver les Congolais dont le budget national global n’atteint pas encore ce sommet. L’Ambassadeur espagnol s’est félicité des efforts d’Isidore Ndaywel qui vient, en l’espace d’un an, de produire coup sur coup deux ouvrages qui font date. Le dernier de la série va avoir l’avantage d’être traduit en langues nationales et aussi en espagnol.
    Intervenant après l’Ambassadeur Artieda, le professeur Kambayi Bwatshia s’est attaché à souligner l’intérêt de la publication de son collègue Ndaywel dont le principal mérite est de corriger l’émiettement du discours historique global de la RDC. Et de souligner, après une énumération des livres de l’auteur consacrés à l’histoire de la RDC, qu’on se trouve en face d’une conscience réelle, celle de faire le point de la connaissance de notre pays des origines à nos jours. Il s’agit d’une conscience qui veut que l’histoire soit élargie au vécu quotidien.
    Après la présentation de l’ouvrage, l’auteur a pris la parole pour insister sur le sens de l’événement qui intervient au crépuscule du cinquantenaire de l’indépendance alors qu’un autre ouvrage signé par lui était sorti à l’aurore du même événement. Isidore Nyawel a rappelé que l’enseignement de l’histoire à l’université n’avait été introduit qu’en 1966 dans notre pays parce que l’histoire était considérée comme une science dangereuse.
    Après le mot de l’auteur, le ministre Maker Mwangu de l’EPSP a tenu à le féliciter,  pour le travail abattu, et a émis le vœu de voir les élèves du primaire comme du secondaire ainsi que les étudiants se servir de cet opuscule précieux pour mieux connaître l’histoire de notre pays.
    Intervenant la dernière, Mme la ministre de  la Culture et des Arts, a procédé au rituel du baptême en souhaitant plein succès à « Histoire du Congo, des origines à nos jours ».
    Un cocktail offert par l’Ambassadeur d’Espagne a clôturé la manifestation.

LP

 

Leave a Reply