Kinshasa dément le massacre des Congolais en Province Orientale

Le ministre de la Justice et Droits Humains, Professeur Luzolo Bambi Lessa, a contredit le rapport publié par l’Ong international « Human Hight Watch » sur les massacres de LRA à Makombo dans la Province Orientale. C’était au cours d’un point de presse organisé hier lundi 29 mars 2010 dans la salle des réunions de son cabinet dans la commune de la Gombe. En effet, se basant sur les informations fournies par le rapport provenant du gouvernorat de la Province Orientale, le ministre de la Justice et Droits humains a reconnu qu’il y a eu effectivement un problème dans cette localité. Des éléments résiduels et incontrôlés de la LRA fuyant les FARDC et à la recherche de la nourriture ont attaqué certaines personnes.

          Cependant, le ministre indique qu’il s’agit là des événements qui se sont déroulés en décembre 2009 et l’Ong en parle comme si c’était d’actualité. Et il n’y a pas eu des massacres comme l’affirme le rapport qui vient d’être publié, mais quelques personnes attaquées au passage par des éléments incontrôlés. Car le rapport du gouvernorat est précis : le nombre des civils tués n’est pas celui annoncé par Human Right Watch. Le chiffre de 321 victimes annoncé par cette Ong est manifestement exagéré. Il s’agit des victimes dans la population civile qui ne dépassent pas le chiffre de 25. Quant à la procédure suivie, le gouvernorat avait déjà transmis son rapport au gouvernement de la République. Et le ministre a regretté d’avoir appris cette nouvelle par les médias alors que normalement, cette Ong se devait de réserver une copie de son rapport au gouvernement.
            Le ministre précise qu’à ce sujet le gouvernement a pris trois mesures : la localité est depuis lors sous contrôle des FARDC ; le ministre de la Justice et Droits humains a donné injonction à l’Auditeur général des FARDC pour ouvrir des enquêtes et celui-ci à son tour a instruit l’Auditeur  militaire supérieur de Kisangani à cet effet. Enfin, chacun se souviendra que les membres de la LRA font l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) et que le gouvernement s’emploie à lancer, en collaboration avec l’Ouganda, des opérations de recherche des troupes LRA pour les arrêter. Le gouvernement mettra tout en œuvre pour leur arrestation et leur remise à la CPI. Le Prof. Luzolo assure que toutes les mesures pour la protection sont prises.
 
Une victoire : l’Onu rejette le mandat d’Expert indépendant pour la RDC
          Au chapitre des Droits de l’Homme, il a rappelé que la RD Congo s’est soumise dernièrement au mécanisme de l’Examen Périodique Universel (E.P.U.). A la 13ème session du Conseil des Droits de l’Homme de l’Onu, qui venait de se clôturer le 26 mars 2010 à Genève, le Congo a remporté une grande victoire. Le ministre Luzolo et Me Néhémie Muilanya, conseiller juridique principal du chef de l’Etat ont défendu la position du gouvernement congolais concernant l’amélioration sensible du respect des Droits de l’Homme sur l’ensemble du territoire national, malgré des nombreuses crises que le pays a connues. Pour cela, la nomination d’un expert indépendant de l’Onu pour les Droits de l’Homme dans notre pays s’avère non opportun. Le rapport de la RDC a été approuvé sans réserve par le Conseil des Droits de l’Homme et le mandat de l’Expert indépendant pour la Rdc a été rejeté.
 
SAKAZ

Leave a Reply